Enfin: Contre-indication des médicaments à base de valproate

Last Updated on

09 juillet 2017 – Les autorités françaises viennent de prendre cette mesure attendue depuis longtemps et contre-induite médicaments contenant du valproate pour les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer. Cela devrait laisser tombé gravement, au moins en France, le nombre d’enfants nés avec des malformations congénitales tératogènes après le traitement des mères avec des valproates.

Il serait souhaitable que les autorités de régulation seraient dans le monde entier suivre l’exemple des autorités françaises de contre-induiter l’utilisation des médicaments contenant du valproate chez les femmes enceintes ou les femmes en âge de procréer.

______________________

Voir ici l’announcement de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), en état non-edité:

 

Contre-indication des médicaments à base de valproate utilisés en psychiatrie chez la femme enceinte et la femme en âge de procréer sans contraception efficace – Communiqué

Cette nouvelle mesure prise par l’ANSM, effective au 7 juillet 2017, vise à ne plus exposer d’enfants aux risques d’un traitement par valproate au cours de la grossesse chez des patientes présentant un trouble bipolaire. En effet, les enfants exposés in utero  au valproate présentent dans 30 à 40% des cas un risque de troubles graves du développement ou du comportement et/ou, dans plus de 10% des cas, un risque de malformations congénitales. Ainsi, une mention alertant sur cette contre-indication et un pictogramme en forme de rond barré, intégrant la silhouette d’une femme enceinte, figurent désormais sur les boîtes des médicaments concernés (Dépakote et Dépamide).

Cette procédure s’inscrit dans le programme européen de réduction du risque relatif au valproate qui vise à réduire au strict nécessaire l’utilisation de cette molécule en cas de grossesse ou de risque de grossesse. Un arbitrage est actuellement en cours à l’Europe.

Une exposition au valproate dans le traitement des troubles bipolaires

Un programme d’études pharmaco-épidémiologiques conduit par l’ANSM en partenariat avec la Cnamts a confirmé le caractère hautement tératogène du valproate . Ce programme d’études a aussi mis en évidence qu’un nombre plus important de femmes en âge de procréer est traité par cette substance dans le trouble bipolaire  que dans l’épilepsie.

Cette étude révèle également que, en cas de grossesse, la plupart des femmes traitées pour trouble bipolaire arrêtent le traitement par valproate lors du 1er  trimestre. Par ailleurs, il n’a pas été identifié de patiente traitée pour bipolarité qui tolère uniquement  un traitement par valproate.

Compte tenu de ces éléments, et après concertation auprès des psychiatres, l’ANSM a décidé que le valproate et ses dérivés ne doivent plus être utilisés pour traiter les épisodes maniaques du trouble bipolaire chez les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer n’utilisant pas de contraception efficace. En France, seules les spécialités Dépakote et Dépamide sont autorisées dans cette indication.

Une information renforcée auprès des femmes et des professionnels de santé pour réduire les risque. 

En conséquence un pictogramme en forme de rond barré intégrant la silhouette d’une femme enceinte est apposé sur les boîtes de Dépakote et Dépamide pour rappeler cette contre-indication. Ce pictogramme est accompagné des mentions « Nom de spécialité (DEPAKOTE ou DEPAMIDE) + GROSSESSE = INTERDIT »  et «  Ne pas utiliser chez les femmes en âge de procréer et sans contraception efficace, ou enceintes ».

Les documents d’information destinés aux patientes et aux médecins prescripteurs, ainsi que le formulaire d’accord de soins – nécessaire pour toute délivrance de valproate – ont été actualisés en conséquence. Désormais, une version de ces documents est disponible pour les médicaments à base de valproate indiqués en psychiatrie (Dépakote et Dépamide) et une autre pour les médicaments indiqués dans la prise en charge de l’épilepsie (Dépakine, Dépakine Chrono 500, Micropakine et génériques).

Dépakote (divalproate de sodium) et Dépamide (valpromide) sont spécifiquement indiquées en deuxième intention dans les épisodes maniaques du trouble bipolaire, en cas de contre-indication ou d’intolérance au lithium. Une lettre a été adressée aux professionnels de santé pour les informer que dorénavant la prescription de Dépakote et Dépamide dans ces indications n’est autorisée chez les femmes en âge de procréer qu’à la condition de la mise en place ou de l’existence d’une contraception efficace ; un test de grossesse doit être réalisé à l’initiation puis régulièrement au cours du traitement. L’ANSM rappelle que d’autres options thérapeutiques, médicamenteuses ou non, sont disponibles dans la prise en charge des troubles bipolaires.

Cette nouvelle mesure s’inscrit dans la continuité des actions menées par l’ANSM pour renforcer la prévention et la réduction des risques associés à l’utilisation de valproate au cours de la grossesse.

L’ANSM invite toutes les femmes en âge de procréer qui sont actuellement traitées par valproate pour un trouble bipolaire à se rapprocher immédiatement de leur médecin afin qu’elles puissent étudier avec lui le report vers la meilleure option thérapeutique, médicamenteuse ou non, et que les mesures adéquates puissent être mises en place en cas de maintien du traitement.

L’ANSM invite les femmes qui seraient déjà enceintes à consulter en urgence leur médecin qui devra interrompre le traitement. Si la grossesse est poursuivie, un suivi attentif de la mère et de l’enfant à naître doit être engagé.

Documents d’information disponibles pour les femmes et les professionnels de santé
Guide d’information pour les médecins prescripteurs  :

Brochure d’information pour la patiente et/ou son représentant légal  :

Formulaire d’accord de soins  :

Carte patiente (13/02/2017) application/pdf (207 ko)

 L’ANSM rappelle que les professionnels de santé doivent déclarer immédiatement tout effet indésirable suspecté d’être dû à un médicament dont ils ont connaissance au centre régional de pharmacovigilance dont ils dépendent géographiquement.Les patients et les associations agréées de patients peuvent également signaler tout effet indésirable à leur centre régional de pharmacovigilance.
Pour plus d’information :  Déclarer un effet indésirable  
Lire aussi

 

Tags : , , , , , , , , , , ,
About the Author
thassodotcom Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.
3 Pings/Trackbacks for "Enfin: Contre-indication des médicaments à base de valproate"

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Multi-omics approach offers new insights into peanut allergy severity décembre 13, 2019
    Researchers at the Icahn School of Medicine at Mount Sinai have identified novel genes associated with the severity of peanut allergy, as well as ways in which these genes interact with other genes during allergic reactions.
  • DNA tests make fun holiday gifts, but beware of the hype décembre 13, 2019
    You've likely heard about direct-to-consumer DNA testing kits. In the past few years, at-home genetic testing has been featured in the lyrics of chart-topping songs, and has helped police solve decades-old cold cases, including identifying the Golden State Killer in California.
  • Research reveals how muscles talk to the brain to regulate feeding behavior décembre 13, 2019
    The brain determines when it is time to feed—but how does it know? Findings from St. Jude Children's Research Hospital provide new understanding of how the brain orchestrates this process. Skeletal muscle, like other tissues, communicates with the brain to convey information about nutritional status. The researchers showed that manipulating this mechanism influences food seeking […]
  • New drugs more likely to be approved if backed up by genetics décembre 12, 2019
    A new drug candidate is more likely to be approved for use if it targets a gene known to be linked to the disease; a finding that can help pharmaceutical companies to focus their drug development efforts. Emily King and colleagues from AbbVie report these findings in a new study published 12th December in PLOS […]
  • Largest study of its kind reveals that many psychiatric disorders arise from common genes décembre 12, 2019
    Many distinct psychiatric diseases share a common genetic structure, according to new research by scientists at Massachusetts General Hospital (MGH) and the Psychiatric Genomics Consortium, an international team of investigators. Psychiatric disorders affect more than 25 percent of the population in a given year. In the largest-ever study of its kind, published in the journal […]
  • Emergency department study reveals patterns of patients at increased risk for suicide décembre 13, 2019
    A new NIMH-funded study has found that people who presented to California emergency departments with deliberate self-harm had a suicide rate in the year after their visit 56.8 times higher than demographically similar Californians. People who presented with suicidal ideation had suicide rates 31.4 times higher than demographically similar Californians in the year after discharge. […]
  • Patient-reported outcomes predict aromatase inhibitor adherence décembre 13, 2019
    If you want to predict which breast cancer patients will most likely stop taking aromatase inhibitors, check out their own responses to the health questions patients commonly answer in cancer clinical trials, according to research findings to be presented Friday, Dec. 13, 2019 at the San Antonio Breast Cancer Symposium.
  • Saliva test shows promise for earlier and easier detection of mouth and throat cancer décembre 13, 2019
    Unfortunately, cancers that occur in the back of the mouth and upper throat are often not diagnosed until they become advanced. A report in The Journal of Molecular Diagnostics describes the use of acoustofluidics, a new non-invasive method that analyzes saliva for the presence of human papilloma virus (HPV)-16, the pathogenic strain associated with oropharyngeal […]
  • Barrels of ancient Antarctic air aim to track history of rare gas décembre 13, 2019
    An Antarctic field campaign last winter led by the US and Australia has successfully extracted some of the largest samples of air dating from the 1870s until today. Researchers will use the samples to look for changes in the molecules that scrub the atmosphere of methane and other gases.
  • Perinatal exposure to flame retardant alters epigenome, predisposing metabolic disease décembre 13, 2019
    A UMass Amherst study showed that environmentally relevant exposure to polybrominated diphenyl ether (PBDE), a brominated flame retardant, through the umbilical cord and breast milk permanently changed liver metabolism in rats.
Top