Enfin: Contre-indication des médicaments à base de valproate

Last Updated on

09 juillet 2017 – Les autorités françaises viennent de prendre cette mesure attendue depuis longtemps et contre-induite médicaments contenant du valproate pour les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer. Cela devrait laisser tombé gravement, au moins en France, le nombre d’enfants nés avec des malformations congénitales tératogènes après le traitement des mères avec des valproates.

Il serait souhaitable que les autorités de régulation seraient dans le monde entier suivre l’exemple des autorités françaises de contre-induiter l’utilisation des médicaments contenant du valproate chez les femmes enceintes ou les femmes en âge de procréer.

______________________

Voir ici l’announcement de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), en état non-edité:

 

Contre-indication des médicaments à base de valproate utilisés en psychiatrie chez la femme enceinte et la femme en âge de procréer sans contraception efficace – Communiqué

Cette nouvelle mesure prise par l’ANSM, effective au 7 juillet 2017, vise à ne plus exposer d’enfants aux risques d’un traitement par valproate au cours de la grossesse chez des patientes présentant un trouble bipolaire. En effet, les enfants exposés in utero  au valproate présentent dans 30 à 40% des cas un risque de troubles graves du développement ou du comportement et/ou, dans plus de 10% des cas, un risque de malformations congénitales. Ainsi, une mention alertant sur cette contre-indication et un pictogramme en forme de rond barré, intégrant la silhouette d’une femme enceinte, figurent désormais sur les boîtes des médicaments concernés (Dépakote et Dépamide).

Cette procédure s’inscrit dans le programme européen de réduction du risque relatif au valproate qui vise à réduire au strict nécessaire l’utilisation de cette molécule en cas de grossesse ou de risque de grossesse. Un arbitrage est actuellement en cours à l’Europe.

Une exposition au valproate dans le traitement des troubles bipolaires

Un programme d’études pharmaco-épidémiologiques conduit par l’ANSM en partenariat avec la Cnamts a confirmé le caractère hautement tératogène du valproate . Ce programme d’études a aussi mis en évidence qu’un nombre plus important de femmes en âge de procréer est traité par cette substance dans le trouble bipolaire  que dans l’épilepsie.

Cette étude révèle également que, en cas de grossesse, la plupart des femmes traitées pour trouble bipolaire arrêtent le traitement par valproate lors du 1er  trimestre. Par ailleurs, il n’a pas été identifié de patiente traitée pour bipolarité qui tolère uniquement  un traitement par valproate.

Compte tenu de ces éléments, et après concertation auprès des psychiatres, l’ANSM a décidé que le valproate et ses dérivés ne doivent plus être utilisés pour traiter les épisodes maniaques du trouble bipolaire chez les femmes enceintes et les femmes en âge de procréer n’utilisant pas de contraception efficace. En France, seules les spécialités Dépakote et Dépamide sont autorisées dans cette indication.

Une information renforcée auprès des femmes et des professionnels de santé pour réduire les risque. 

En conséquence un pictogramme en forme de rond barré intégrant la silhouette d’une femme enceinte est apposé sur les boîtes de Dépakote et Dépamide pour rappeler cette contre-indication. Ce pictogramme est accompagné des mentions « Nom de spécialité (DEPAKOTE ou DEPAMIDE) + GROSSESSE = INTERDIT »  et «  Ne pas utiliser chez les femmes en âge de procréer et sans contraception efficace, ou enceintes ».

Les documents d’information destinés aux patientes et aux médecins prescripteurs, ainsi que le formulaire d’accord de soins – nécessaire pour toute délivrance de valproate – ont été actualisés en conséquence. Désormais, une version de ces documents est disponible pour les médicaments à base de valproate indiqués en psychiatrie (Dépakote et Dépamide) et une autre pour les médicaments indiqués dans la prise en charge de l’épilepsie (Dépakine, Dépakine Chrono 500, Micropakine et génériques).

Dépakote (divalproate de sodium) et Dépamide (valpromide) sont spécifiquement indiquées en deuxième intention dans les épisodes maniaques du trouble bipolaire, en cas de contre-indication ou d’intolérance au lithium. Une lettre a été adressée aux professionnels de santé pour les informer que dorénavant la prescription de Dépakote et Dépamide dans ces indications n’est autorisée chez les femmes en âge de procréer qu’à la condition de la mise en place ou de l’existence d’une contraception efficace ; un test de grossesse doit être réalisé à l’initiation puis régulièrement au cours du traitement. L’ANSM rappelle que d’autres options thérapeutiques, médicamenteuses ou non, sont disponibles dans la prise en charge des troubles bipolaires.

Cette nouvelle mesure s’inscrit dans la continuité des actions menées par l’ANSM pour renforcer la prévention et la réduction des risques associés à l’utilisation de valproate au cours de la grossesse.

L’ANSM invite toutes les femmes en âge de procréer qui sont actuellement traitées par valproate pour un trouble bipolaire à se rapprocher immédiatement de leur médecin afin qu’elles puissent étudier avec lui le report vers la meilleure option thérapeutique, médicamenteuse ou non, et que les mesures adéquates puissent être mises en place en cas de maintien du traitement.

L’ANSM invite les femmes qui seraient déjà enceintes à consulter en urgence leur médecin qui devra interrompre le traitement. Si la grossesse est poursuivie, un suivi attentif de la mère et de l’enfant à naître doit être engagé.

Documents d’information disponibles pour les femmes et les professionnels de santé
Guide d’information pour les médecins prescripteurs  :

Brochure d’information pour la patiente et/ou son représentant légal  :

Formulaire d’accord de soins  :

Carte patiente (13/02/2017) application/pdf (207 ko)

 L’ANSM rappelle que les professionnels de santé doivent déclarer immédiatement tout effet indésirable suspecté d’être dû à un médicament dont ils ont connaissance au centre régional de pharmacovigilance dont ils dépendent géographiquement.Les patients et les associations agréées de patients peuvent également signaler tout effet indésirable à leur centre régional de pharmacovigilance.
Pour plus d’information :  Déclarer un effet indésirable  
Lire aussi

 

Tags : , , , , , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.
3 Pings/Trackbacks for "Enfin: Contre-indication des médicaments à base de valproate"

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: newest tweets

thasso: commentaires récents

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • CRG standardises COVID-19 data analysis to aid international research efforts mars 27, 2020
    Researchers from the Centre for Genomic Regulation (CRG) have launched a new database to advance the international research efforts studying COVID-19.
  • Gene mutation enhances cognitive flexibility in mice, study suggests mars 27, 2020
    Researchers at the National Institutes of Health have discovered in mice what they believe is the first known genetic mutation to improve cognitive flexibility—the ability to adapt to changing situations.
  • Benefiting from the national gene vector biorepository mars 27, 2020
    Gene therapy investigators can greatly benefit from the resources and services provided by the National Gene Vector Biorepository (NGVB), housed at the Indiana University School of Medicine. These include 93 unique reagents, a searchable database of animal safety studies, and Replication Competent Virus Testing, as detailed in an article published in Human Gene Therapy.
  • Quinn on Nutrition: Genes that fit mars 27, 2020
    Look in the mirror. A lot of what you see came from your parents, grandparents and on down the line. And a lot of what goes on inside our bodies—including our risk for disease and how we utilize nutrients—comes from inherited traits as well.
  • Destroying DNA to save the genome—study offers new insights into sepsis and its treatment mars 26, 2020
    Sepsis—the body's own immune response gone against it—is a major health problem worldwide. It is basically a "hyper" immune response by the body to infection or injury, and is characterized by hyperinflammation, immune system paralysis, cell death, liver and kidney failure, blood clots, and even hemorrhage.
  • Psychiatric disorders after first birth reduce likelihood of subsequent children mars 29, 2020
    Women who suffer from psychiatric disorders such as depression, anxiety, mania and schizophrenia following the live birth of their first child are less likely to go on to have more children, according to the first study to investigate this in a large nationwide population. It is published in Human Reproduction.
  • Machine learning puts a new spin on spin models mars 28, 2020
    Tokyo, Japan - Researchers from Tokyo Metropolitan University have used machine learning to study spin models, used in physics to study phase transitions. Previous work showed that image/handwriting classifying AI could be applied to distinguish states in the simplest models. The team showed the approach is applicable to more complex models and found that an […]
  • 'McDonaldization' based analysis of Russian social networks mars 27, 2020
    The author describes his concept this way: 'the principles of the fast-food restaurant are coming to dominate more and more sectors of recent'. McDonaldization as a form of rationality has a specter of advantages. By using it a person may become more disciplined and learn how to set goals and achieve them
  • A funnel of light mars 27, 2020
    Physicists of the University of Würzburg, in a joint collaboration with colleagues from the University of Rostock, have developed a light funnel apparatus. It could serve as a new platform for hypersensitive optical detectors.
  • Better, safer batteries mars 27, 2020
    For the first time, researchers who explore the physical and chemical properties of electrical energy storage have found a new way to improve lithium-ion batteries. They successfully increased not only the voltage delivery of a lithium-ion battery but also its ability to suppress dangerous conditions that affect the current range of batteries. This improved lithium-ion […]
Top