Les en-têtes de football pourraient être plus risqués pour les porteurs du génotype APOE4

Last Updated on

02 février 2020 – Les en-têtes de football pourraient être plus risqués pour les porteurs du génotype APOE4 – c’est le titre d’un récent article de Reuters Health dans Medscape. Par conséquent, les joueurs de football avec le génotype de l’apolipoprotéine E4 (APOE4) devraient être en mesure de limiter le nombre d’en-têtes, car de nouvelles recherches suggèrent un risque accru de problèmes de mémoire chez ceux avec ce facteur de risque génétique et une neurodégénérescence accrue.

Les résultats d’une étude récente publiée dans JAMA Neurology fournissent une première preuve que l’allèle APOE 4 peut être associé à des effets cognitifs négatifs de traumatismes crâniens répétitifs subconscients, indépendamment d’une commotion cérébrale antérieure, rapporte l’équipe d’étude. L’auteur principal Dr. Michael Lipton de l’Albert Einstein College of Medicine, Bronx, New York, a averti qu’aucun effet clinique immédiat n’est attendu. Les implications cliniques peuvent ne pas apparaître avant huit à dix ans, selon l’expérience individuelle avec des lésions cérébrales traumatiques mineures répétitives, par ex. B. dans l’encéphalopathie traumatique chronique (CTE), comme on l’a trouvé dans d’autres sports avec un impact fréquent sur la tête, comme la boxe ou le football américain. 

Les résultats de la présente étude sont basés sur 352 footballeurs amateurs adultes (âge moyen 23 ans; 256 hommes) qui ont été inclus dans l’étude longitudinale d’Einstein. Ils ont tous joué au football pendant plus de cinq ans et plus de six mois par an. Tous les trois à six mois pendant une période d’environ cinq ans, les joueurs ont rempli un questionnaire en ligne validé pour estimer le nombre d’en-têtes qu’ils ont remplis au cours d’une période de 12 mois. Les données obtenues ont été classées comme faibles (165 en-têtes par an; quartiles 1 et 2), moyennes (638 en-têtes par an; quartiles 3) et élevées (2 346 en-têtes par an; quartiles 4).

La mémoire verbale a été évaluée avec la tâche ISRL (International Shopping List Delayed Recall) par CogState à chaque visite d’étude. Les résultats précédents de ce test suggéraient que l’allèle APOE4 était associé à une mauvaise mémoire chez les adultes en bonne santé et vieillissants. Le nombre élevé d’en-têtes était associé à une mémoire verbale significativement plus pauvre. Et bien qu’il n’y ait pas eu d’association majeure d’APOE4 avec la mémoire verbale, il y avait une association significative de ce génotype et du nombre élevé d’en-têtes avec des performances dans la tâche ISRL. Dans les analyses basées sur le statut APOE4, les joueurs positifs à APOE4 avaient un déficit de mémoire verbale quatre fois plus élevé en rapport avec un faible nombre d’en-têtes et un déficit de mémoire verbale 8,5 fois plus élevé en rapport avec un nombre modéré d’en-têtes par rapport aux joueurs négatifs APOE4 le joueur. Cependant, la déficience était relativement mineure. En chiffres absolus, les transporteurs APOE4 du quartile supérieur des en-têtes par rapport à ceux des autres quartiles se souvenaient d’un élément de moins dans la tâche ISRL.

Un éditorial de JAMA a constaté que la déficience observée était mineure. Il est difficile de savoir si ces déficiences étaient liées à la fonction quotidienne, remarquées par les participants ou temporaires. À l’inverse, le rôle modificateur de l’APOE4 dans les associations entre les traumatismes crâniens répétés et la perception cognitive est plus crédible si un effet d’interaction peut être trouvé dans un groupe de joueurs actifs.

À l’avenir, un rôle potentiel pour le génotypage de certains athlètes est que les gènes à risque pourraient être utilisés comme moyen de cibler l’activité et de les exposer à des charges de tête. Par exemple, on pourrait conseiller aux personnes ayant un gène à risque comme APOE4 de ne pas pratiquer de sports de collision ou de réduire leur exposition aux chocs plus que d’autres. Il existe également un potentiel plus large d’utilisation de tests génétiques prospectifs pour sélectionner les individus qui devraient ou ne devraient pas être exposés à des scénarios à haut risque tels que les sports de combat ou de contact. Cependant, tout cela doit être clarifié avant la mise en œuvre effective.

Néanmoins, en tant que père de deux garçons qui sont pleinement impliqués dans le football, je suis presque enclin aujourd’hui à les faire tester pour certains gènes à risque afin d’adapter leurs compétences de jeu en conséquence et, dans le cas d’un résultat positif pour APOE4, de la position d’un Défenseur central déconseillé.

Vous devez également noter que sur la base de la présente étude, par précaution, les fédérations d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande ont décidé que les moins de 12 ans ne pourront plus jouer de la tête à l’entraînement. Il s’agit d’une mesure remarquable qui confirme encore la gravité du problème soulevé.

Voici de quoi nous pouvons parler:

Print Friendly, PDF & Email

Tags : , , , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • The protein that stands between us and autoimmunity juillet 2, 2020
    The immune system is supposed to protect from external microbial invaders, but sometimes it turns its efforts inward, potentially resulting in autoimmune diseases. In a new study, researchers from Osaka University have discovered how reversible modifications to DNA by certain proteins protect from autoimmune diseases, and conversely, how the absence of these proteins paves the […]
  • Concern following gene therapy adverse events juillet 2, 2020
    The Editor-in-Chief of Human Gene Therapy, the first journal devoted to the field of gene therapy, and one of the world's leading experts on gene therapy have co-authored a new editorial, Moving Forward After Two Deaths in a Gene Therapy Trial of Myotubular Myopathy, in response to the news of two deaths in a now-halted […]
  • How a mutation on the novel coronavirus has come to dominate the globe juillet 2, 2020
    Flashback to mid-March: the novel coronavirus had reached San Diego, California. Few people could get tested, and even less was known about how the virus mutated as it spread from person to person.
  • High-definition likelihood inference of genetic correlations across human complex traits juillet 2, 2020
    Evaluating the genetic correlations across our phenotypes is of essential importance for understanding disease etiology and other potential causality. A new method—published in the journal Nature Genetics—vastly improves estimates of genetic correlations using established resources from genome-wide association studies.
  • Research team develops technology to improve effectiveness of stem cells in regenerative medicine juillet 2, 2020
    Stem cells have been holding great promise for regenerative medicine for years. In the last decade, several studies have shown that this type of cell, which in Spanish is called "mother cell" because of its ability to give rise to a variety of different cell types, can be applied in regenerative medicine for diseases such […]
  • Towards lasers powerful enough to investigate a new kind of physics juillet 3, 2020
    In a paper that made the cover of the journal Applied Physics Letters, an international team of researchers has demonstrated an innovative technique for increasing the intensity of lasers. This approach, based on the compression of light pulses, would make it possible to reach a threshold intensity for a new type of physics that has […]
  • Does DNA in the water tell us how many fish are there? juillet 3, 2020
    Researchers have developed a new non-invasive method to count individual fish by measuring the concentration of environmental DNA in the water, which could be applied for quantitative monitoring of aquatic ecosystems.
  • Fluorine enables separation-free 'chiral chromatographic analysis' juillet 2, 2020
    Researchers from the Shanghai Institute of Organic Chemistry of the Chinese Academy of Sciences recently developed a new platform for rapid chiral analysis, producing chromatogram-like output without the need for separation.
  • Hot flushes and night sweats linked to 70% increase in cardiovascular disease juillet 2, 2020
    New research from The University of Queensland has found that women who have hot flushes and night sweats after menopause are 70 per cent more likely to have heart attacks, angina and strokes.
  • The protein that stands between us and autoimmunity juillet 2, 2020
    Researchers from Osaka University identified the epigenetic proteins Tet2 and Tet3 as key regulators of B cell function. They showed that these proteins suppress B cell function and conversely, that Tet2/Tet3 knockout mice develop a mild form of systemic lupus erythematosus due to hyperactivation of T cells. These findings could help develop a novel treatment […]
Top