Les chiffres sont impressionnantes: Malformations congénitales chez les enfants exposés in utero au valproate

Last Updated on

24 avril 2017 – Est-ce que c’est le temps d’agir? Est ce que nous parlons ici d’une épidémie? En tout cas, les chiffres sur les malformations congénitales chez les enfants exposés in utero au valproate sont impressionnantes. Voyez le message suivant:

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) viennent de publier les résultats du deuxième volet du programme d’études pharmaco-épidémiologiques basé sur les données du système national interrégimes de l’assurance maladie (SNIIRAM) sur l’exposition au valproate et aux autres traitements de l’épilepsie et des troubles bipolaires au cours de la grossesse. Ces résultats portent sur le risque de malformations congénitales majeures. Les troubles neurodéveloppementaux feront l’objet d’une étude exploratoire, attendue pour le second semestre 2017.

Les résultats du premier volet, publiés en août 2016, avaient déjà mis en évidence un niveau élevé d’exposition au valproate et ses dérivés chez les femmes enceintes, soit 14 322 grossesses exposées entre 2007 et 2014. Le deuxième volet de cette étude a pour objectif principal d’estimer le risque de malformations congénitales majeures associé à l’exposition à ces médicaments, selon l’indication (épilepsie ou troubles bipolaires). Elle porte sur la période 2011 – 2015. En effet, depuis 2011 il est possible de relier dans le SNIIRAM les données entre la mère et son enfant, ce qui permet désormais d’analyser les effets indésirables des médicaments chez les enfants exposés in utero. Le second  objectif de l’étude est d’estimer ce risque de malformations congénitales majeures par rapport à une exposition in utero  aux autres traitements de l’épilepsie et des troubles bipolaires en France. Ce deuxième volet, qui croise les données d’exposition des femmes enceintes et les données relatives aux enfants nés, porte sur près de 2 millions de femmes enceintes. Parmi elles, 2 321 ont été exposées au valproate.

Les résultats de ce deuxième volet confirment le caractère hautement tératogène du valproate. Ils mettent également en évidence un niveau de risque variable selon l’indication : le risque de malformations congénitales majeures, par rapport à la population générale, est globalement 4 fois plus élevé chez les enfants nés d’une femme traitée par valproate pour une épilepsie, alors qu’il est 2 fois plus élevé lorsqu’elle est traitée par valproate pour un trouble bipolaire. Cette différence résulte probablement d’un niveau d’exposition plus faible chez les femmes traitées pour un trouble bipolaire. En effet, comme observé dans le premier volet de l’étude, les interruptions précoces de traitement sont fréquentes en cas de trouble bipolaire ; par ailleurs, il est probable que l’observance dans cette indication soit moins bonne que dans l’épilepsie.

Le nombre total d’enfants exposés in utero  au valproate, atteints d’au moins une malformation congénitale majeure, a été estimé à partir de ces résultats. Sur l’ensemble de la période depuis sa commercialisation (1967-2016), le nombre total est estimé entre 2 150 (fourchette basse) et 4 100 (fourchette haute).

Pour les autres médicaments de l’épilepsie et des troubles bipolaires, le risque de malformation congénitale majeure apparaît globalement  moins marqué, avec cependant des différences en fonction des substances. L’ensemble des  antiépileptiques fait l’objet d’une évaluation approfondie du risque tératogène conduite par l’ANSM, aujourd’hui en cours de finalisation. Concernant les troubles neurodéveloppementaux, encore plus difficilement identifiables dans les bases de données médico-économiques de l’Assurance Maladie, une étude exploratoire est attendue pour le second semestre 2017.

L’ANSM et la CNAMTS rappellent que le programme d’études pharmaco-épidémiologiques engagé s’inscrit dans un plan d’actions global conduit depuis 2014 en France par les autorités de santé sur les risques liés aux médicaments à base de valproate et aux antiépileptiques lors d’une exposition au cours de la grossesse.

Le valproate et ses dérivés sont indiqués dans le traitement de l’épilepsie partielle ou généralisée chez l’adulte et l’enfant, ainsi que dans le traitement des épisodes maniaques du trouble bipolaire. Du fait d’un risque de malformations congénitales et de troubles neurodéveloppementaux chez l’enfant à naître exposé in utero, l’ANSM rappelle que ces médicaments ne doivent pas être prescrits chez les filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas d’échec aux autres traitements

Lire aussi

_____________________

Tags : , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.
2 Pings/Trackbacks for "Les chiffres sont impressionnantes: Malformations congénitales chez les enfants exposés in utero au valproate"

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Sickle cell anemia is an inherited form of anemia février 28, 2020
    It's important to know the the symptoms, causes, and treatment of sickle cell anemia, an inherited blood disorder that, in the United States, is more common among African Americans.
  • Scientists discover three genes associated with fatal lung disease février 28, 2020
    Researchers at the Universities of Leicester and Nottingham have discovered parts of the DNA that put some people at higher risk of an incurable lung disease called idiopathic pulmonary fibrosis (IPF). The findings are published in the American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine today, after an earlier version was posted online in November […]
  • An understudied cause of cancer: Mutations in regulators of cell signaling février 28, 2020
    Mutations in a vital class of regulatory molecules are an underappreciated cause of cancer because they impair the function of "G" proteins, a versatile and vast family of signaling switches that underlie innumerable biological facets of life itself.
  • Could new discovery play a role in diagnosing Alzheimer's earlier? février 27, 2020
    Scientists have detected that a previously overlooked gene behavior could potentially lead to a new way to diagnose Alzheimer's earlier.
  • Huntington's disease-causing DNA repeat mutations reversed in the lab février 27, 2020
    Neurodegenerative diseases, like Huntington's disease and myotonic dystrophy, are often referred to as DNA repeat diseases, named because of long repeated sequences in the DNA of patients. Increasing repeat expansion length in the affected tissues contribute to earlier age of disease onset and worsen the progression and severity of the disease over time.
  • Researchers announce progress in developing an accurate, noninvasive urine test for prostate cancer février 28, 2020
    Researchers at the Johns Hopkins Kimmel Cancer Center have made significant progress toward development of a simple, noninvasive liquid biopsy test that detects prostate cancer from RNA and other specific metabolic chemicals in the urine.
  • Anomalies in structure of polyvalent metal melts explained février 28, 2020
    Metals and their alloys are the main structural materials of modern civilization. The properties of metal melts are well studied. However, according to Anatoly Mokshin, one of the co-authors of the publication, Chair of the Department of Computational Physics at Kazan Federal University, for more than 25 years, scientists from all over the world have […]
  • New platform for engineering ribosomes to 'cook new cuisines' février 28, 2020
    Researchers have created a method for cell-free synthesis and evolution of new ribosomes that can specialize in the synthesis of functional materials and therapeutics.
  • Cartilage cells, chromosomes and DNA preserved in 75-million-year-old baby duck-billed dinosaur février 28, 2020
    In a paper published online in National Science Review, an international team of scientists present evidence of fossilized cell nuclei and chromosomes within preserved cartilage in a baby duck-billed dinosaur. This dinosaur belongs to Hypacrosaurus and comes from a nesting ground discovered in 1988 by paleontologist Jack Horner in Late Cretaceous sediments of Northwest Montana.
  • Gene therapy generates new neurons to treat Huntington's disease février 28, 2020
    Huntington's disease (HD) is a rare disease with chorea movement and caused by Huntingtin (Htt) gene mutation and neurodegeneration. A research group led by Dr. Gong Chen has developed a novel gene therapy to regenerate functional new neurons in mouse models of HD. The work has been published in Nature Communications on February 27, 2020.
Top