Gambie: Décès d’enfants dus aux sirops contre la toux

Gambie: Décès d’enfants dus aux sirops contre la toux

Last Updated on October 16, 2022 by Joseph Gut – thasso

Un pays pleure ses enfants innocents.

14 octobre 2022 – “La police gambienne établit un lien entre les décès d’enfants et les sirops contre la toux importés par une entreprise américaine”. Il s’agit d’un rapport de Reuters qui illustre de façon tragique la problématique de la globalisation de tous les processus impliqués dans l’approvisionnement en médicaments des patients qui en ont besoin partout dans le monde, conjuguée à la non-responsabilisation (parfois criminelle) de certains acteurs impliqués dans ces processus et aux écueils éventuellement associés.

La mort de 69 enfants suite à une lésion rénale aiguë en Gambie est liée à quatre sirops contre la toux fabriqués en Inde et importés dans ce pays d’Afrique de l’Ouest via une société pharmaceutique basée aux États-Unis, a déclaré la police gambienne dans un rapport d’enquête préliminaire sur le décès de ces enfants. Dans une alerte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les enquêteurs avaient déjà trouvé des niveaux “inacceptables” de diéthylène glycol et d’éthylène glycol, qui peuvent être toxiques, dans les quatre produits Promethazine Solution buvable, Kofexmalin Baby Cough Syrup, Makoff Baby Cough Syrup, et Magrip N Cold Syrup, tous produits et commercialisés par Maiden Pharmaceuticals Ltd, basée à New Delhi. Apparemment, les produits ont été transférés, après leur production par Maiden Pharmaceuticals Ltd, à l’American Atlantic Pharmaceuticals Company Ltd, basée à Atlanta GA, qui a évidemment l’autorisation d’exporter des médicaments en Gambie. À partir de là, l’Agence de contrôle médical de la Gambie (MCA) est responsable de l’identité, de l’efficacité et de la sécurité des médicaments/drogues sur le marché en Gambie.

Apparemment le plus important: les bénéfices doivent être justes.

Gambie, du moins selon sa propre déclaration de mission. Et maintenant, quelque chose s’est manifestement terriblement mal passé le long de la chaîne de ces médicaments voyageant de l’Inde via les États-Unis vers la Gambie, et bien sûr, jusqu’aux derniers patients, les enfants innocents qui sont morts dans cette affaire. De toute évidence, il y a eu un manque de contrôles de qualité coûteux des produits, chez les fabricants, dans les sociétés intermédiaires commerciales et à l’autorité d’enregistrement final en Gambie. Nous ne pouvons qu’espérer qu’il s’agissait d’un oubli à n’importe quelle étape et non d’un évitement calculé des coûts.

Les enquêtes de la police criminelle sur des questions liées à la sécurité des medicaments devraient rester une exception ponctuelle.

Les autorités gambiennes ont lancé une enquête policière en septembre 2022 après que des médecins ont remarqué en juillet 2022 qu’un certain nombre d’enfants avaient développé des symptômes d’insuffisance rénale après avoir pris des sirops vendus localement et utilisés pour traiter la fièvre. Les lésions rénales ont causé 69 décès d’enfants, selon le gouvernement, qui a suspendu les ventes de toutes les marques des sirops contre la toux introduits ci-dessus et les a rappelés des pharmacies et des ménages. Selon le rapport de police qui en a résulté, un total combiné de 50 000 bouteilles de ces sirops ont été acquis par la Gambie. Le rapport a établi que sur 50’000 flacons de sirops pour bébés contaminés, 41’462 flacons ont été mis en quarantaine ou saisis, et qu’en revanche 8’538 flacons sont restés introuvables. Cette dernière notion est bien sûr un échec inouï des autorités d’enregistrement ou peut-être de l’organisation du système de santé en Gambie. Cela dit, il peut être compréhensible qu’un (petit) pays avec des ressources spécialisées et professionnelles limitées ne soit tout simplement pas en mesure de remplir toutes ces exigences pour garantir des médicaments sûrs à tous les patients. La déclaration de la semaine dernière du ministre de la Santé de la Gambie selon laquelle « nous sommes tous victimes des fautes professionnelles des fabricants. En tant que pays, nous n’avons pas tous les moyens et le personnel. Nous n’avons pas de laboratoire de dépistage de drogue » peut illustrer cette situation, mais ne doit en aucun cas servir d’excuse à la mort d’enfants innocents.

Selon la déclaration du ministre, la proposition était que les partenaires internationaux pourraient aider le pays à renforcer les systèmes de surveillance des médicaments et les réglementations d’importation, notant que la Gambie prend des mesures dans ce sens. Étant donné que l’incidence discutée n’est peut-être pas un cas isolé à l’échelle mondiale, il faudrait peut-être penser à une agence mondiale d’experts en contrôle de la qualité (GQCA), chez soi, par exemple à l’OMS, où tous les médicaments qui sont produits quelque part, vont quelque part, vont être vendus à un tiers (agence, société, tout type d’entreprise, etc.), et vont arriver au lit des patients quelque part dans le monde, doivent passer des contrôles de qualité très stricts pourraient être une solution future au problème actuel.

Voir ici une séquence tragique sur ce problème:

Print Friendly, PDF & Email

Avis de non-responsabilité: Les images et/ou les vidéos (le cas échéant) de ce blog peuvent être
protégé par le droit d’auteur. Tous les droits restent avec le propriétaire de ces droits.

 

 

Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant