Comment la prévalence à vie du cancer de la peau est-elle liée à l’orientation sexuelle?

Last Updated on

18 février 2020 – Une question courante est de savoir s’il existe un lien entre l’orientation sexuelle et la prévalence à vie du cancer de la peau. Selon une étude de 845’264 adultes aux États-Unis publiée dans JAMA Dermatology le 12 février 2020, la réponse à cette question serait un oui retentissant. Les hommes gais et bisexuels avaient des Odds ajustées plus élevées (voir également le rapport de Odds ratio dans ce contexte) pour la prévalence à vie du cancer de la peau par rapport aux hommes hétérosexuels. En revanche, les femmes bisexuelles, mais pas les femmes lesbiennes, étaient moins susceptibles d’avoir une prévalence à vie de cancer de la peau que les femmes hétérosexuelles.

Les risques plus élevés de cancer de la peau des hommes gais et bisexuels par rapport aux hommes hétérosexuels semblent particulièrement inquiétants. La question est de savoir si ces groupes d’hommes, consciemment ou inconsciemment, s’exposent à des niveaux de facteurs de risque plus élevés qui conduisent finalement au cancer de la peau que leurs homologues hétérosexuels.

Dans cette étude, les données des enquêtes 2014-2018 du Behavioral Risk Factor Surveillance System (BRFSS) d’une population non institutionnalisée aux États-Unis ont été analysées, impliquant 845’264 participants adultes qui se sont identifiés comme hétérosexuels, gays, lesbiennes ou identifiés bisexuellement. L’étude a inclus 845’264 participants, dont 351 468 hommes hétérosexuels (âge moyen 47,7; IC 95% 47,5-47,8), 7 516 hommes gais (âge moyen 42,7; IC 95% 41,9 -43,5), 5 088 hommes bisexuels (âge moyen 39,3; IC 95% 38,2-40,4), 466’355 femmes hétérosexuelles (âge moyen 49,7; IC 95% 49,6-49,9 ), 5 392 femmes lesbiennes (Âge moyen: 41,9; IC à 95%, 40,7-43,2) et 9,445 femmes bisexuelles (âge moyen 32,7; IC à 95%, 32,2-33,2). Les odds ratios (AOR) ajustés de la prévalence du cancer de la peau étaient à la fois pour les hommes gais (AOR, 1,26; IC à 95%, 1,05-1,51; P = 0,01) et les hommes bisexuels (AOR, 1,48; IC à 95%, 1,02-2,16) significativement plus élevé (P = 0,04) par rapport aux hommes hétérosexuels. Les AOR du cancer de la peau étaient statistiquement significativement plus faibles chez les femmes bisexuelles (AOR 0,78; IC 95% 0,61-0,99; P = 0,04), mais pas chez les femmes lesbiennes (AOR 0,97; IC 95% 0) , 73-1,27; P = 0,81) par rapport aux AOR du cancer de la peau chez les femmes hétérosexuelles. Par conséquent, les hommes gais et bisexuels de cette étude avaient une prévalence du cancer de la peau autodéclarée à vie plus élevée que celle des hommes hétérosexuels.

En ce qui concerne l’identification des facteurs de risque possibles, il convient de noter que les hommes avec une minorité sexuelle ont déclaré des taux de bronzage intérieur encore plus élevés que les hommes hétérosexuels, et les femmes avec une minorité sexuelle ont déclaré des taux de bronzage intérieur plus faibles ou égaux que les femmes hétérosexuelles elles-mêmes. Les hommes bisexuels en particulier ont signalé un taux plus élevé de lits de bronzage intérieurs que les hommes hétérosexuels. Cependant, aucune étude n’a examiné la prévalence du cancer de la peau chez les gais, les lesbiennes et les bisexuels en tant que groupe distinct.

Les données démographiques sur l’épidémiologie du cancer de la peau en fonction de l’orientation sexuelle restent insuffisantes. Sans données épidémiologiques fiables, les dermatologues sont confrontés à un défi pour reconnaître et articuler leurs rôles spécifiques dans des conversations nationales plus larges sur l’amélioration de la santé. Comme on l’a constaté dans la présente étude, les données émergentes sur le cancer de la peau, en particulier chez les hommes gais et bisexuels, indiquent un besoin non satisfait de dépistage du cancer de la peau dans certaines sous-populations. En outre, la poursuite de la mise en œuvre du module de suivi de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre du système de suivi des facteurs de risque comportementaux est essentielle pour améliorer la compréhension de la santé et du bien-être des personnes appartenant à des minorités sexuelles dans la population.

Il serait également intéressant de savoir quels types de cancer de la peau sont plus courants dans ces populations. Il serait facile d’imaginer que certains types de cancer de la peau surviennent spécifiquement en fonction des facteurs de risque sous-jacents auxquels les populations de minorités sexuelles sont exposées, le bronzage et les durées de bronzage plus longues n’étant que quelques exemples dans les studios appropriés.

Voici une brève séquence sur le cancer de la peau: 

Print Friendly, PDF & Email

Tags : , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: newest tweets

thasso: commentaires récents

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Study of rare genetic disorder that effects the eyes avril 3, 2020
    Nagano prefecture is home to a group of people affected with a rare genetic neurodegenerative disorder called familial amyloid polyneuropathies (FAP). This disease impacts the gene encoding protein transthyretin (TTR) which is produced in the liver and also eyes. Liver transplants are often a treatment for this disease, but severe eyesight problems such as cloudiness […]
  • Natural sunscreen gene influences how we make vitamin D avril 2, 2020
    Genetic variations in the skin can create a natural sunscreen, according to University of Queensland researchers investigating the genes linked with vitamin D.
  • Single mutation leads to big effects in autism-related gene avril 2, 2020
    A new study in Neuron offers clues to why autism spectrum disorder (ASD) is more common in boys than in girls. National Institutes of Health scientists found that a single amino acid change in the NLGN4 gene, which has been linked to autism symptoms, may drive this difference in some cases. The study was conducted […]
  • Lifestyle changes could delay memory problems in old age, depending on our genes avril 2, 2020
    Researchers from King's College London have shown that how we respond to changes in nutrients at a molecular level plays an important role in the aging process, and this is directed by some key genetic mechanisms.
  • Geneticists are bringing personal medicine closer for multiracial individuals avril 2, 2020
    A new study in Nature Communications proposes a method to extend polygenic scores, the estimate of genetic risk factors and a cornerstone of the personalized medicine revolution, to individuals with multiple ancestral origins. The study was led by Dr. Davide Marnetto from the Institute of Genomics of the University of Tartu, Estonia and coordinated by […]
  • Study of rare genetic disorder that effects the eyes avril 3, 2020
    Small gauge vitrectomy for vitreous amyloidosis and subsequent management of secondary glaucoma in patients with hereditary transthyretin amyloidosis.
  • Tissue dynamics provide clues to human disease avril 3, 2020
    Scientists in EMBL Barcelona's Ebisuya group, with collaborators from RIKEN, Kyoto University, and Meijo Hospital in Nagoya, Japan, have studied oscillating patterns of gene expression, coordinated across time and space within a tissue grown in vitro, to explore the molecular causes of a rare human hereditary disease known as spondylocostal dysostosis. Their results are published […]
  • Coronavirus: Virological findings from patients treated in a Munich hospital avril 3, 2020
    In early February, research teams from Charité - Universitätsmedizin Berlin, München Klinik Schwabing and the Bundeswehr Institute of Microbiology published initial findings describing the efficient transmission of SARS-CoV-2. The researchers' detailed report on the clinical course and treatment of Germany's first group of COVID-19 patients has now been published in Nature*. Criteria may now be […]
  • Case study: Treating COVID-19 in a patient with multiple myeloma avril 3, 2020
    A case study of a patient in Wuhan, China, suggests that the immunosuppressant tocilizumab may be an effective COVID-19 treatment for very ill patients who also have multiple myeloma and other blood cancers. The report, published in Blood Advances, also suggests that blood cancer patients may have atypical COVID-19 symptoms.
  • Indigenous American ancestry may be associated with HER2-positive breast cancer avril 3, 2020
    An increased proportion of Indigenous American (IA) ancestry was associated with a greater incidence of HER2-positive breast cancer, according to a study published in Cancer Research, a journal of the American Association for Cancer Research.
Top