Comment la prévalence à vie du cancer de la peau est-elle liée à l’orientation sexuelle?

Last Updated on

18 février 2020 – Une question courante est de savoir s’il existe un lien entre l’orientation sexuelle et la prévalence à vie du cancer de la peau. Selon une étude de 845’264 adultes aux États-Unis publiée dans JAMA Dermatology le 12 février 2020, la réponse à cette question serait un oui retentissant. Les hommes gais et bisexuels avaient des Odds ajustées plus élevées (voir également le rapport de Odds ratio dans ce contexte) pour la prévalence à vie du cancer de la peau par rapport aux hommes hétérosexuels. En revanche, les femmes bisexuelles, mais pas les femmes lesbiennes, étaient moins susceptibles d’avoir une prévalence à vie de cancer de la peau que les femmes hétérosexuelles.

Les risques plus élevés de cancer de la peau des hommes gais et bisexuels par rapport aux hommes hétérosexuels semblent particulièrement inquiétants. La question est de savoir si ces groupes d’hommes, consciemment ou inconsciemment, s’exposent à des niveaux de facteurs de risque plus élevés qui conduisent finalement au cancer de la peau que leurs homologues hétérosexuels.

Dans cette étude, les données des enquêtes 2014-2018 du Behavioral Risk Factor Surveillance System (BRFSS) d’une population non institutionnalisée aux États-Unis ont été analysées, impliquant 845’264 participants adultes qui se sont identifiés comme hétérosexuels, gays, lesbiennes ou identifiés bisexuellement. L’étude a inclus 845’264 participants, dont 351 468 hommes hétérosexuels (âge moyen 47,7; IC 95% 47,5-47,8), 7 516 hommes gais (âge moyen 42,7; IC 95% 41,9 -43,5), 5 088 hommes bisexuels (âge moyen 39,3; IC 95% 38,2-40,4), 466’355 femmes hétérosexuelles (âge moyen 49,7; IC 95% 49,6-49,9 ), 5 392 femmes lesbiennes (Âge moyen: 41,9; IC à 95%, 40,7-43,2) et 9,445 femmes bisexuelles (âge moyen 32,7; IC à 95%, 32,2-33,2). Les odds ratios (AOR) ajustés de la prévalence du cancer de la peau étaient à la fois pour les hommes gais (AOR, 1,26; IC à 95%, 1,05-1,51; P = 0,01) et les hommes bisexuels (AOR, 1,48; IC à 95%, 1,02-2,16) significativement plus élevé (P = 0,04) par rapport aux hommes hétérosexuels. Les AOR du cancer de la peau étaient statistiquement significativement plus faibles chez les femmes bisexuelles (AOR 0,78; IC 95% 0,61-0,99; P = 0,04), mais pas chez les femmes lesbiennes (AOR 0,97; IC 95% 0) , 73-1,27; P = 0,81) par rapport aux AOR du cancer de la peau chez les femmes hétérosexuelles. Par conséquent, les hommes gais et bisexuels de cette étude avaient une prévalence du cancer de la peau autodéclarée à vie plus élevée que celle des hommes hétérosexuels.

En ce qui concerne l’identification des facteurs de risque possibles, il convient de noter que les hommes avec une minorité sexuelle ont déclaré des taux de bronzage intérieur encore plus élevés que les hommes hétérosexuels, et les femmes avec une minorité sexuelle ont déclaré des taux de bronzage intérieur plus faibles ou égaux que les femmes hétérosexuelles elles-mêmes. Les hommes bisexuels en particulier ont signalé un taux plus élevé de lits de bronzage intérieurs que les hommes hétérosexuels. Cependant, aucune étude n’a examiné la prévalence du cancer de la peau chez les gais, les lesbiennes et les bisexuels en tant que groupe distinct.

Les données démographiques sur l’épidémiologie du cancer de la peau en fonction de l’orientation sexuelle restent insuffisantes. Sans données épidémiologiques fiables, les dermatologues sont confrontés à un défi pour reconnaître et articuler leurs rôles spécifiques dans des conversations nationales plus larges sur l’amélioration de la santé. Comme on l’a constaté dans la présente étude, les données émergentes sur le cancer de la peau, en particulier chez les hommes gais et bisexuels, indiquent un besoin non satisfait de dépistage du cancer de la peau dans certaines sous-populations. En outre, la poursuite de la mise en œuvre du module de suivi de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre du système de suivi des facteurs de risque comportementaux est essentielle pour améliorer la compréhension de la santé et du bien-être des personnes appartenant à des minorités sexuelles dans la population.

Il serait également intéressant de savoir quels types de cancer de la peau sont plus courants dans ces populations. Il serait facile d’imaginer que certains types de cancer de la peau surviennent spécifiquement en fonction des facteurs de risque sous-jacents auxquels les populations de minorités sexuelles sont exposées, le bronzage et les durées de bronzage plus longues n’étant que quelques exemples dans les studios appropriés.

Voici une brève séquence sur le cancer de la peau: 

Print Friendly, PDF & Email

Tags : , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Artificial RNA editing with ADAR for gene therapy juillet 9, 2020
    Many of the diseases caused by point mutations have no established therapeutic approaches. Prof. Tsukahara and colleagues (Japan Advanced Institute of Science and Technology) are studying a therapeutic method using artificial RNA editing. Artificial site-directed RNA editing is an important technique for modifying genes and ultimately regulating protein function. We are trying to modify the […]
  • Amygdala changes in male patients with schizophrenia and bipolar disorder juillet 9, 2020
    Researchers at Kumamoto University, Japan have revealed that DNA methylation occurs in the gene that codes serotonin transporter (SERT), a protein that regulates neurotransmitter transmission, in schizophrenia and bipolar patients. Particularly prominent in males and patients with certain genetic polymorphisms, this methylation is inversely correlated with volume of the amygdala in the brain. This work […]
  • Surprisingly many peculiar long introns found in brain genes juillet 9, 2020
    In a recent study of genes involved in brain functioning, their previously unknown features have been uncovered by bioinformaticians from the Moscow Institute of Physics and Technology and the Institute of Mathematical Problems of Biology, RAS. The findings are reported in PLOS One.
  • Major cause of rare genetic mitochondrial disease identified juillet 9, 2020
    A cutting-edge study from the Murdoch Children's Research Institute (MCRI) has given hope to families of children born with a fatal heart muscle disease caused by faulty cell machinery.
  • Spatial mapping method pinpoints potential new therapeutic targets in lupus juillet 8, 2020
    A team of researchers from Children's Hospital of Philadelphia (CHOP) used a new method of pinpointing potential disease-causing changes in the genome to identify two new potential therapeutic targets for lupus, while also paving the way for more accurately identifying disease-causing variations in other autoimmune disorders. The findings were published online in Nature Communications.
Top