Effets secondaires graves: Le médicament contre la SEP Daclizumab (Zinbryta) a été retiré du marché mondial

04 mars 2018 – Le daclizumab (Zinbryta) a été approuvé pour le traitement de la sclérose en plaques (SEP) rémittente cyclique en mai 2016 aux États-Unis, en juillet 2016 dans l’Union européenne (UE) et en janvier 2017 en Suisse. Le daclizumab (Zinbryta) est un anticorps monoclonal humanisé thérapeutique contre le récepteur de l’interleukine-2 (plus précisément contre la chaîne CD25), développé à l’origine pour le traitement immunosuppresseur des réactions aiguës de rejet.

Depuis son introduction, des effets secondaires indésirables graves du daclizumab (Zinbryta) ont été signalés chez des patients atteints de SEP, en particulier des lésions hépatiques graves dont l’évolution est partiellement fatale (Thasso Poste en a fait état) et qui ont entraîné des restrictions d’application gênantes, dont le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché en Suisse a informé les experts en août 2017 et janvier 2018 au moyen d’une circulaire correspondante DHPC (Dear Healthcare Professional Communication).

Des inflammations récentes du cerveau (7 cas d’encéphalite et de méningo-encéphalite) ont été signalées. Ces cas graves supplémentaires signifient que le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché de daclizumab (Zinbryta) va le retiré du marché pour l’indication de la sclérose en plaques (SEP) rémittente cyclique non seulement en Suisse mais dans le monde entier, car il n’ y a plus de rapport bénéfice/risque positif pour les patients atteints de SEP dans les circonstances données.

En Suisse, Swissmedic recommande, au vu des nouvelles découvertes, ce qui suit:

  • Aucun nouveau traitement par Zinbryta ne doit plus être instauré ;
  • Les médecins qui ont prescrit du Zinbryta doivent contacter rapidement leurs patientes et patients en vue d’un changement de traitement ;
  • Les patientes et patients actuellement traités avec Zinbryta ne doivent pas interrompre leur traitement de leur propre chef, mais prendre contact avec leur médecin traitant ;
  • En cas de dégradation de l’état neurologique, l’éventualité d’une inflammation du système nerveux central doit être envisagée ;
  • Compte tenu du risque d’atteintes hépatiques, le médecin et le patient doivent rester attentifs à l’apparition de signes évocateurs d’un dysfonctionnement hépatique jusqu’à 6 mois après l’arrêt du traitement.
    Quant à la fonction hépatique, elle doit être contrôlée au moins tous les mois.

Print Friendly, PDF & Email

Tags : , , , , , , , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Gene donors at high risk for cancer received feedback novembre 25, 2020
    Researchers at the Estonian Genome Center at the University of Tartu studied how people at high risk for breast, ovarian or prostate cancer responded to the feedback of genetic findings. Gene donors who chose to receive results appreciated being contacted and considered the information provided to be valuable. Authors find that knowing more about people's […]
  • Researchers reveal how genetic variations are linked to COVID-19 disease severity novembre 25, 2020
    Even as tens of thousands of Americans test positive for COVID-19 each day, physicians still aren't sure why some people experience mild to no symptoms while others become critically ill. New research led by Robert E. Gerszten, MD, Chief of the Division of Cardiovascular Medicine at Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) sheds new light […]
  • Study identifies new functions in the gene that causes Machado-Joseph disease novembre 25, 2020
    Ataxia is a minority disease with genetic origins, known for its neuromuscular alterations due to the selective loss of neurons in the cerebellum, the organ of our nervous systems which controls movement and balance. UB researchers have identified new functions in the ataxin 3 gene (ATXN3)–which causes Machado-Joseph disease, the most common type of ataxia– […]
  • BICRA gene provides answers to patients, doctors and scientists novembre 23, 2020
    Physicians and scientists are constantly on the lookout for new disease genes that can help them understand why patients have undiagnosed medical problems. Often the first clues come from genetic testing that reveals a change or mutation in a gene that they see in a child but not their parents. This is exactly what led […]
  • New targeted therapy blocks metabolism in brain cancer cells with genetic vulnerability novembre 23, 2020
    Researchers at The University of Texas MD Anderson Cancer Center have developed a novel targeted therapy, called POMHEX, which blocks critical metabolic pathways in cancer cells with specific genetic defects. Preclinical studies found the small-molecule enolase inhibitor to be effective in killing brain cancer cells that were missing ENO1, one of two genes encoding the […]
Top