Covid-19: soyez prudent avec la chloroquine et l’hydroxychloroquine

28 mars 2020 – La pandémie de Covid-19 tient le mot au courant. Des mesures drastiques ont été et sont prises dans le monde entier par les gouvernements, les hôpitaux, les prestataires de soins de santé et les maisons de retraite pour tenter de stopper la propagation de Covid-19. Récemment, des articles ont été publiés par des chercheurs cliniques chinois dans le Journal Cell Research et l’International Journal of Antimicrob Agents indiquant que le chloroquine, un médicament antipaludéen et le remdesivir antiviral à large bande, pourraient être efficaces dans le traitement des infections à Covid-19.

Hydroxychloroquine, comme «Plaquénil» sur le marché en France.

Compte tenu de l’absence de vaccin anti-Covid 19 pour le moment, ces notions autour de la chloroquine et du remdesivir ont suscité un battage médiatique et de l’espoir en même temps. Les médecins espèrent être en mesure de traiter avec succès au moins certains patients frappés par Covid-19. dans le grand public, de nombreuses personnes ont été prises par un battage médiatique selon lequel les deux composés, pris à titre prophylactique, pourraient leur éviter d’être infectés. En conséquence, la consommation incontrôlée des composés, en particulier de la chloroquine, est devenue endémique avec des événements indésirables importants, dont des décès pour de nombreuses personnes tranquilles. Sur la base de ces expériences, la Australien Therapeutic Goods Administration (TGA) a maintenant émis un avertissement et des restrictions sur les utilisations de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine. Ce dernier n’est pas commercialisé en Australie, tandis que le premier est sur le marché et utilisé pour le traitement de certaines maladies auto-immunes et des cas de paludisme. En plus de provoquer des effets indésirables indésirables, les rapports d’augmentation incontrôlée de la prescription hors AMM de médicaments contenant de l’hydroxychloroquine ont fait craindre que cela ne crée une pénurie potentielle de ce produit non seulement en Australie mais aussi ailleurs.

Des essais cliniques sont en cours dans le monde pour examiner le potentiel de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine pour traiter COVID-19. Cependant, ces médicaments présentent des risques graves bien connus pour les patients, notamment une toxicité cardiaque (pouvant conduire à des crises cardiaques soudaines), des lésions oculaires irréversibles, une déplétion sévère de la glycémie (pouvant conduire au coma), une réaction cutanée sévère, des troubles gastro-intestinaux, et dans le cas de la chloroquine également à l’aggravation du psoriasis et des épisodes psychotiques rares, l’anxiété, le changement de personnalité, les convulsions et les dyscrasies sanguines.

Compte tenu des preuves encore limitées de l’effet contre COVID-19 à l’heure actuelle, ainsi que du risque d’effets indésirables importants, la TGA décourage fortement l’utilisation de l’hydroxychlorlorine et / ou de la chloroquine en dehors des indications actuelles, sauf dans le cadre d’un essai clinique ou dans un environnement contrôlé dans le traitement des patients gravement malades à l’hôpital. La TGA décourage fortement le public d’obtenir et d’utiliser ces médicaments à titre prophylactique pour lutter contre Covid-19 avant une éventuelle infection. Ainsi, dans le cas de l’hydroxychloroquine et afin de limiter son utilisation aux indications actuellement approuvées, pour l’Australie, de nouvelles restrictions ont été imposées à qui peut initier un traitement l’utilisant. Seuls certains types de spécialistes pourront prescrire de l’hydroxychloroquine à de nouveaux patients. Les médecins généralistes et autres médecins (par exemple, les médecins résidents des hôpitaux (RMOS) et les médecins en formation) peuvent continuer à prescrire des doses répétées d’hydroxychloroquine aux patients conformément aux indications enregistrées pour les patients chez qui le médicament a été prescrit avant le 24 mars 2020. À partir du 24 mars 2020, les médecins généralistes et les médecins en formation ne peuvent prescrire ces médicaments pour le traitement continu des patients que si le traitement initial a été autorisé par l’un des spécialistes. Dans tous les cas, pour le moment, les informations destinées aux professionnels de la santé indiquent qu’aucun médicament n’a été approuvé par la TGA pour le traitement du COVID-19, donc la prescription de tout médicament pour le traitement du COVID-19 est considérée comme hors utilisation de l’étiquette. Il n’y a actuellement aucune donnée claire pour informer sur les directives cliniques sur l’utilisation, le dosage ou la durée du traitement par COVID-19.

Les consommateurs, en revanche, s’ils craignent de présenter des symptômes de COVID-19, devraient demander conseil à un professionnel de la santé pour déterminer s’ils ont besoin de tests et comment gérer leurs symptômes. Si vous, en tant que patient, prenez actuellement de l’hydroxychloroquine pour une maladie chronique et que vous craignez de pouvoir accéder à ce médicament, veuillez en parler à votre professionnel de la santé.

Les consommateurs, en revanche, s’ils craignent de présenter des symptômes de COVID-19, demandent un conseil à un professionnel de la santé pour déterminer s’ils ont besoin de tests et comment gérer leurs symptômes. Si vous, en tant que patient, prenez actuellement de l’hydroxychloroquine pour une maladie chronique et que vous craignez de pouvoir accéder à ce médicament, veuillez en parler à votre professionnel de la santé.

De retour au niveau d’un patient individuel, il peut être intéressant de comprendre qu’une grande variabilité dans l’étendue des événements indésirables et / ou des effets bénéfiques dans le traitement de la maladie Covid-19 de la chloroquine doit être attendue. Cela peut provenir de l’observation que la chloroquine est métabolisée chez l’homme principalement par le cytochrome P450C8 (CYP450C8) et, dans une moindre mesure, par les CYP3A4/5 et CYP2D6 en son principal métabolite, la N-déséthylchloroquine (DCQ). Le CYP450C8 existe dans la population dans au moins 11 variantes alléliques. Ces variantes présentent une capacité métabolique normale pour la chloroquine, d’autres présentent une capacité diminuée et certaines n’ont aucune activité catalytique. Par conséquent, en recevant une dose dite «normale» de chloroquine, certains patients, au fil du temps, sont exposés à des doses plus élevées que prévu ou à des surdoses franches en fonction de leur tenue génétique. Sans être testés génétiquement, les patients ne peuvent pas savoir dans quelle catégorie de «métaboliseurs» ils tomberaient et sont donc exposés à des risques inconnus d’événements indésirables graves lors de la prise de chloroquine.

Cependant, en France, un nouvel espoir vient d’une étude de l’IHU Méditerranée Infection préconise une bi-thérapie associant l’hydroxychloroquine et un antibiotique pulmonaire. Le professeur Didier Raoult a publié les résultats très attendus de son essai clinique clandestin portant cette fois sur 80 patients. Il y annonce la démonstration in vitro de la synergie hydroxychloroquine/azithromycine pour contrer la réplication du SARS-Cov2, le coronavirus covid-19. Cela pourrait être une indication que l’hydroxychloroquine pourrait effectivement faire partie d’un traitement contre Covid-19 dans le cadre d’une utilisation clinique bien contrôlée.

Au contraire au bi-therapie mentioné si dessus, l’hydroxychloroquine seule ne semble pas efficace contre le Covid-19, que ce soit chez des patients gravement ou plus légèrement atteints, selon deux études publiées jeudi 14 mai. La première étude, porte sur 181 patients adultes admis à l’hôpital avec une pneumonie due au Covid-19 qui nécessitait qu’on leur administre de l’oxygène, conclut que ce dérivé de l’antipaludéen chloroquine ne réduit pas significativement les risques d’admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19. Dans cette étude, au total, 84 de ces patients ont reçu de l’hydroxychloroquine quotidiennement, contrairement aux autres. Le fait de recevoir ou pas ce traitement n’a rien changé, que ce soit pour les transferts en réanimation (76% des patients traités à l’hydroxychloroquine étaient en réanimation au bout du 21e jour, contre 75% dans l’autre groupe de patients) ou pour la mortalité (le taux de survie au 21e jour était respectivement de 89% et 91%). Selon la seconde étude, menée elle par une équipe chinoise et porté sur 150 adultes hospitalisés en Chine avec essentiellement des formes “légères” ou “modérées” du Covid-19. La moitié a reçu de l’hydroxychloroquine, l’autre non. Le fait de recevoir ou non ce traitement n’a rien changé sur l’élimination du virus par les patients au bout de quatre semaines. De plus, 30% de ceux qui avaient reçu de l’hydroxychloroquine ont souffert d’effets indésirables (le plus fréquent était la diarrhée) contre 9% chez les patients qui n’en avaient pas pris.

 

Voir ici une courte séquence sur la controverse (même politique) sur l’utilisation prématurée de la chloroquine dans Covid-19:

Print Friendly, PDF & Email

Tags : , , , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

@peepso_user_7542(Menlo-50)
l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonces dans un communiqué mis en ligne sur son site, lundi 30 mars, que les médicaments actuellement testés contre le coronavirus peuvent entraîner des "effets indésirables graves" et qu'ils ne doivent "en aucun cas" être utilisés en automédication.

"Une trentaine" d'effets indésirables graves, dont "trois décès" chez des patients atteints du coronavirus sont en cours d'investigation pour déterminer si ces événements sont en lien ou pas avec les traitements qui leur ont été administrés. Parmi eux, le Plaquénil (dont la substance active est l'hydroxychloroquine) mais aussi le Kaletra (un antiretroviral associant lopinavir/ritonavir).

Dans ce contexte, "nous appelons à la responsabilité de chacun pour éviter des hospitalisations inutiles consécutives à un mésusage de ces médicaments et permettre aux soignants de prendre en charge… Lire plus
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-plaquenil-kaletra-l-agence-du-medicament-alerte-sur-les-possibles-effets-secondaires_3892063.html
@peepso_user_3(20urbain05) Une pétition signée par des personnalités sanitaires pour étendre l'utilisation de la chloroquine a été lancé en France. L'appel d'urgence réclame un accès plus large à l’hydroxychloroquine, réservée jusque-là aux cas les plus graves de Covid-19, demandant que chaque médecin hospitalier puisse en prescrire à tous les malades atteints de formes symptomatiques. A voir ici: https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-une-petition-signee-par-des-personnalites-sanitaires-pour-etendre-l-utilisation-de-la-chloroquine_3899657.html
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-une-petition-signee-par-des-personnalites-sanitaires-pour-etendre-l-utilisation-de-la-chloroquine_3899657.html

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • New type of taste cell discovered in taste buds août 13, 2020
    Our mouths may be home to a newly discovered set of multi-tasking taste cells that—unlike most known taste cells, which detect individual tastes—are capable of detecting sour, sweet, bitter and umami stimuli. A research team led by Kathryn Medler at the University at Buffalo reports this discovery in a study published 13th August in PLOS […]
  • Researchers discover genetic link to predict positive response to immunotherapy in patient août 13, 2020
    A Singapore team led by clinician-scientists and researchers from the National Cancer Centre Singapore (NCCS) discovered a genetic link to better predict treatment response for relapsed/refractory patients with natural-killer T-cell lymphoma (NKTCL), a highly aggressive form of blood cancer. The team performed whole-genome sequencing, to identify mutation in PD-L1 gene as a reliable biomarker to […]
  • Evolution and everyday stress have led to disproportionate suffering among women août 13, 2020
    We're 100% behind knowledge-based research, but sometimes you really do have to question evolution!
  • A cancer mystery more than 40 years old is solved thanks to epigenetics août 12, 2020
    Before the first oncogene mutations were discovered in human cancer in the early 1980s, the 1970s provided the first data suggesting alterations in the genetic material of tumors. In this context, the prestigious journal Nature published in 1975 the existence of a specific alteration in the transformed cell: an RNA responsible for carrying an amino […]
  • Combining genetic information with EMRs to pinpoint childhood epilepsies août 11, 2020
    A team of researchers at Children's Hospital of Philadelphia (CHOP) affiliated with the CHOP Epilepsy Neurogenetics Initiative (ENGIN) further bridged the gap between genomic information and clinical outcome data by systematically linking genetic information with electronic medical records, focusing on how genetic neurological disorders in children develop over time. The findings were published today in […]
  • Employers reject transgender people août 13, 2020
    Employers in Sweden more often reject job applications from transgender people -- especially in male-dominated occupations. Moreover, transgender people face discrimination from two different grounds for discrimination. This is according to a study from Linköping University that was recently published in the journal Labour Economics.
  • How a protein stops cells from attacking their own DNA août 13, 2020
    Scientists at EPFL have demonstrated the mechanism that allows cells to fight off viral DNA without triggering an immune response against their own genetic material.
  • Global deaths due to smokeless tobacco are up by a third, according to new study août 13, 2020
    The number of deaths globally due to smokeless tobacco has gone up by a third in 7 years to an estimated 350,000 people, a new study suggests.
  • A watershed moment for US water quality août 13, 2020
    A new federal rule that determines how the Clean Water Act is implemented leaves millions of miles of streams and acres of wetlands unprotected based on selective interpretation of case law and a distortion of scientific evidence, researchers say in a new publication.
  • Study: Medical marijuana associated with fewer hospitalizations for individuals with SCD août 13, 2020
    Individuals with sickle cell disease (SCD) who receive medical marijuana to treat pain may require fewer visits to the hospital, according to a new study in Blood Advances. Adults with SCD who requested and obtained medical marijuana were admitted to the hospital less frequently than those who did not obtain it.
Top