Finastéride: le risque de dépression et d’idées suicidaires

Last Updated on

27 octobre 2017 – Des cas de dépression et plus rarement d’idées suicidaires ont été observés chez des hommes traités pour la chute de cheveux par finastéride 1 mg. Le risque de dépression est également associé au finastéride 5 mg, traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) souhaite donc informer les patients et les professionnels de santé que tout changement d’humeur doit conduire à une interruption du traitement et à une surveillance.

Alopécie androgénétique

Contexte et données disponibles: Le finastéride à la dose de 1 mg (Propecia et génériques) est indiqué dans le traitement de la chute de cheveux (alopécie androgénétique), chez l’homme uniquement. A la dose de 5 mg (Chibro-Proscar et génériques), il est indiqué dans le traitement et le contrôle de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Ces médicaments sont strictement contre-indiqués chez la femme.

Depuis la commercialisation de Propecia en 1999, des effets indésirables psychiatriques ont été signalés, suggérant un lien possible entre la prise de finastéride et une dépression ou des idées suicidaires. Le risque de dépression était par ailleurs déjà mentionné dans les documents d’information (RCP et notice) du finastéride 5 mg (Chibro-Proscar et génériques).

Suite au dernier rapport européen de sécurité de ces médicaments, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a demandé une modification des documents d’information de toutes les spécialités 1 mg et 5 mg afin d’avertir les professionnels de santé et les patients sur les risques de changements d’humeur, d’idées suicidaires et de dépression. Ces informations figurent donc dorénavant dans les RCP et notices des spécialités Propecia et Chibro-Proscar. Le traitement par finastéride devra ainsi être interrompu devant tout symptôme psychiatrique.

Rappel sur les troubles sexuels: L’ANSM rappelle qu’il est possible d’observer une persistance de troubles sexuels après l’arrêt d’un traitement par finastéride. Il peut s’agir d’une diminution de la libido, de troubles de l’érection et de troubles de l’éjaculation. Par ailleurs, comme mentionné dans les documents d’information, des cas de cancers du sein ont également été rapportés chez des hommes traités par finastéride.

Les documents d’information de ces médicaments (RCP et notice) peuvent être consultés sur la base de données publique des médicaments

Les patients et les professionnels de santé peuvent déclarer tout effet indésirable suspecté d’être lié à un médicament directement sur le portail de déclaration du ministère en charge de la santé : signalement-sante.gouv.fr.

Lire aussi

Finastéride (Propecia et génériques) dans le traitement de la calvitie chez l’homme jeune (alopécie androgénétique) : surveillance des effets secondaires  (13/03/2012) – Point d’information.

Voir le témoignage de la mère d’un jeune homme qui s’est suicidé après avoir pris du finastéride.

_______________

Tags : , , , , , ,
About the Author
thassodotcom Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Online tool helps patients demystify the 'Pandora's box' of genomic sequencing décembre 11, 2019
    A decision aid developed to support patients undergoing genomic sequencing can reduce the amount of time patients spend speaking with overburdened genetic counselors while helping them were more knowledgeable about the benefits of sequencing, suggests a study from St. Michael's Hospital.
  • Genetic brain disorder fixed in mice using precision epigenome editing décembre 10, 2019
    Using a targeted gene epigenome editing approach in the developing mouse brain, Johns Hopkins Medicine researchers reversed one gene mutation that leads to the genetic disorder WAGR syndrome, which causes intellectual disability and obesity in people. This specific editing was unique in that it changed the epigenome—how the genes are regulated—without changing the actual genetic […]
  • Modifier gene may explain why some with cystic fibrosis are less prone to infection décembre 10, 2019
    Cystic fibrosis is caused by an inherited mutation in the cystic fibrosis transmembrane conductance regulator (CFTR) gene. Due to this mutation, the CFTR protein doesn't embed in cell membranes to form a channel for chlorine ions the way it should. As a result, mucus-producing cells secrete a thicker-than-normal mucus that can create blockages in the […]
  • Genetic variant largely found in patients of African descent associated with heart failure décembre 10, 2019
    A genetic variant in the gene transthyretin (TTR)—which is found in about 3 percent of individuals of African ancestry—is a more significant cause of heart failure than previously believed, according to a multi-institution study led by researchers at Penn Medicine. The study also revealed that a disease caused by this genetic variant, called hereditary transthyretin […]
  • Geneticists identify small molecules that are potential indicators for disease décembre 10, 2019
    A critical question in medicine asks how individual variation in DNA can predict variation in health and disease. New research from the Clemson Center for Human Genetics identified hundreds of metabolites that might serve as intermediates to translate variation in the genome to variation in complex traits. Published recently in Genome Research, the findings could one day […]
Top