Où se rencontrent les portraits avec génétique et intelligence artificielle

Last Updated on

 juin 13, 2019 – C’est juste une science et une médecine fascinantes. Les chercheurs testent actuellement des réseaux de neurones combinant automatiquement des portraits avec des données génétiques et phénotypiques sur des patients afin d’obtenir un diagnostic définitif des maladies rares héréditaires à l’aide de l’intelligence artificielle (IA). Dans une étude publiée dans le Journal de la Génétique en Médecine auprès de 679 patients atteints de 105 maladies rares, une équipe interdisciplinaire de scientifiques a montré que l’IA peut en fait diagnostiquer les maladies rares de manière plus efficace et fiable.

Quelques portraits génétiques du Journal of Design

De nombreux patients atteints de maladies rares passent par de longs essais cliniques jusqu’à ce qu’ils soient correctement diagnostiqués. Le Professeur Krawitz de l’Institut des statistiques sur le génome et de la bioinformatique de l’hôpital universitaire de Bonn (UKB) ne perd donc un temps précieux, ce qui est réellement nécessaire pour une thérapie précoce, afin d’éviter des dommages de santé progressifs. 

En collaboration avec l’équipe de recherche internationale, le Professeur Krawitz a montré comment des diagnostics relativement rapides et fiables peuvent être établis avec l’IA dans l’analyse faciale. Les chercheurs ont utilisé les données de 679 patients atteints de 105 maladies différentes causées par la modification d’un seul gène. Celles-ci incluent, par exemple, la mucopolysaccharidose (MPS), qui entraîne des déformations osseuses, des difficultés d’apprentissage et des troubles de la croissance. Le syndrome de Mabry (hyperphosphatasie alcaline avec retard mental (HPMRS) provoque également un retard mental. Toutes ces maladies ont en commun que les caractéristiques faciales des personnes touchées présentent des anomalies. Ceci est particulièrement caractéristique du syndrome de Kabuki, dans lequel les traits du visage rappellent l’apparence d’une forme théâtrale japonaise traditionnelle. Les sourcils sont cambrés, le dégagement oculaire est grand et les lacunes des paupières sont longues.Des mutations sur les gènes MLL2 et KDM6A ont été identifiées chez certains patients avec le syndrome de Kabuki..

Le logiciel utilisé peut détecter automatiquement ces caractéristiques d’une photo. Avec les symptômes cliniques des patients et les données génétiques peuvent être calculés avec une grande précision, quelle est la maladie la plus probable. La société de santé numérique et de l’AI nommé FDNA a mis au point le réseau de neurones DeepGestalt, que les chercheurs ont utilisé ici comme instrument d’intelligence artificielle pour leur étude. DeepGestalt est également utilisé dans la suite d’applications Face2Gene de la même société americaine.

Selon Msr. Gelbmann, PDG de FDNA, la hiérarchisation des données exom par analyse d’images (PEDIA), telle qu’elle est menée dans cette étude, est un exemple unique de technologies de phénotypage de nouvelle génération. L’intégration d’un cadre avancé d’analyse de l’IA et du visage, tel que DeepGestalt, dans le flux de travail d’analyse des variantes conduira certainement à un nouveau paradigme pour des tests génétiques supérieurs. 

Les scientifiques ont formé ce programme informatique avec environ 30 000 portraits de personnes atteintes du syndrome rare. “En combinaison avec l’analyse faciale, les facteurs génétiques clés peuvent être filtrés et les gènes priorisés”, a déclaré le Professeur Krawitz. “La fusion des données dans le réseau neuronal raccourcit le temps d’analyse des données et conduit à un taux de diagnostic plus élevé.” Le Professeur Kravitz travaille avec FDNA depuis un certain temps. “Cela présente un grand intérêt scientifique pour nous et nous permet de trouver une cause dans certains cas non résolus”, a déclaré le Professeur Krawitz. “Beaucoup de patients cherchent encore une explication de leurs symptômes”.

L’étude était un travail d’équipe élargi entre l’informatique et la médecine. Ceci est le résultat de la première publication conjointe de l’informaticien Tzung-Chien Hsieh, étudiant au doctorat à l’institut du professeur Krawitz, et de Dr. Martin Atta Mensah, médecin de l’Institut de génétique médicale et de génétique humaine de la Charité et membre du programme de cliniciens scientifiques de la Charité et de l’Institut de la santé de Berlin (BIH). Le professeur Mundlos, directeur de l’Institut de génétique médicale et de génétique humaine de la Charité, et plus de 90 autres scientifiques ont participé à l’étude.

“Les patients veulent un diagnostic rapide et précis. L’IA aide les médecins et les scientifiques à raccourcir le parcours”, déclare le Dr. Mundlos, directeur général adjoint de l’Alliance allemande des patients atteints de maladies rares chroniques (ACHSE). “Dans une certaine mesure, cela améliore également la qualité de vie des personnes touchées.

Dans l’ensemble, il s’agit d’un domaine fascinant de la médecine qui englobe tout, de l’IA à la génétique, en passant par les phénotypes manifestes, afin de fournir des informations utiles aux patients. On pourrait facilement imaginer que les options de traitement et les événements indésirables pourraient facilement être intégrés dans ces concepts de DeepGestalt pour produire quelque chose comme «DeepHealing» à l’avenir afin d’atteindre l’objectif ultime de la médecine: guérir le patient. En tout état de cause, Thasso a déjà publié des contributions précédentes relatives à l’utilisation de Face2Gene (ici), des outils de reconnaissance du visage, d’IA et de données génétiques, ou pour diagnostiquer des troubles spécifiques tels que la déficience intellectuelle (IC) (ici).

Voir une séquence sur une application de l’IA dans le phénotypage approfondi basé sur le portrait:

Print Friendly, PDF & Email

 

Tags : , , , , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Mapping genetic variants driving toxicity to leukemia therapy février 25, 2020
    Scientists at St. Jude Children's Research Hospital, alongside collaborators around the world, have created a comprehensive reference of functional variants in an important drug-metabolizing enzyme called NUDT15. This thorough understanding of NUDT15 variants provides an invaluable resource for predicting which patients being treated with thiopurine drugs for acute lymphoblastic leukemia (ALL) are likely to experience […]
  • Releasing brakes: Potential new methods for Duchenne muscular dystrophy therapies février 24, 2020
    Researchers identified a group of small molecules that may open the door to developing new therapies for Duchenne muscular dystrophy (DMD), an as-yet-uncured disease that results in devastating muscle weakening and loss. The molecules tested by the team from the Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania eased repression of a specific gene, […]
  • Extra chromosomes in cancers can be good or bad février 24, 2020
    Cancer cells are notorious for their genetic disarray. A tumor cell can contain an abundance of DNA mutations and most have the wrong number of chromosomes. A missing or extra copy of a single chromosome creates an imbalance called aneuploidy, which can skew the activity of hundreds or thousands of genes. As cancer progresses, so […]
  • Researchers show that DNA topological problems may cause lymphoma février 24, 2020
    Researchers from the Spanish National Cancer Research Centre (CNIO), Madrid, and the Andalusian Molecular Biology and Regenerative Medicine Centre (Cabimer), Seville, published a paper in Nature Communications that shows that DNA topological problems may cause endogenous DNA breaks that have a causal relationship with cancer.
  • New DNA test that reveals a child's 'true age' has promise, but ethical pitfalls février 24, 2020
    Epigenetic clocks are a new type of biological test currently capturing the attention of the scientific community, private companies and governmental agencies because of their potential to reveal an individual's "true" age.
  • Regular walnut consumption linked to health and longevity in women, according to new study février 25, 2020
    According to a new epidemiological study, women in their late 50s and early 60s who consumed at least two servings of walnuts per week had a greater likelihood of healthy aging compared to those who did not eat walnuts. After accounting for various factors that could impact health in older adults, such as education and […]
  • Cynicism and disrespect: A vicious cycle février 25, 2020
    An international study with data from Europe and the USA has found that disrespectful treatment leads to cynical beliefs about human nature. These cynical beliefs, in turn, again lead to disrespectful treatment.
  • New study shows significant increase in weight after breast cancer février 25, 2020
    New study findings suggest that weight gain after breast cancer is a greater problem than previously thought. The first national survey on weight after breast cancer in Australia, published in BMC Cancer journal, found close to two-thirds (63.7%) of women reported weight gain at an average of nine kilograms after a breast cancer diagnosis, and […]
  • Study finds gender disparities in hematology research success février 25, 2020
    Hematologists who complete a mentored training program experience greater levels of academic success than those who do not; however, a study published today in Blood Advances suggests a slight discrepancy in success levels between male and female hematologists.
  • NUS-led study suggests mangrove forests provide cause for conservation optimism, for now février 25, 2020
    An international team of researchers led by Associate Professor Daniel Friess and Dr Erik Yando of the National University of Singapore has found that globally, mangrove loss rates have reduced by almost an order of magnitude between the late 20th and early 21st century -- from what was previously estimated at one to three per […]
Top