Ne pas utiliser chez les femmes enceintes ou en âge de procréer: Les pictogrammes

Last Updated on

16 octobre 2017 – En France, le Ministère des solidarités et de la santé (DSG) a annoncé l’entrée en vigueur du pictogramme “femmes enceintes”. Ce pictogramme, décliné en 2 modèles sera apposé à partir du 17 octobre 2017 sur les boîtes de médicaments pouvant présenter un danger (pictogramme triangle) ou interdits (pictogramme rond barré) pendant la grossesse. Le but est  d’offrir une meilleure visibilité de l’information relative à ces risques déjà signalée dans la notice du médicament.

Ce pictogramme est constitué d’un triangle rouge sur fond blanc d’au moins un centimètre de côté dans lequel se trouve une femme enceinte en noir. À sa droite ou en dessous, figure le libellé : “[NOM DE LA SPECIALITÉ] + GROSSESSE = DANGER”, accompagné du message suivant : “Ne pas utiliser chez [mentionner les personnes concernées] sauf en l’absence d’alternative thérapeutique”.

Un second modèle de pictogramme est proposé pour les produits strictement interdits aux femmes enceintes ou aux femmes en âge de procréer qui ne recourent pas à une contraception. Il s’agira d’un rond rouge barré, sur fond blanc, “d’au moins un centimètre de diamètre” dans lequel se trouve une femme enceinte en noir. À sa droite ou en dessous, figurera le libellé “[NOM DE LA SPECIALITE] + GROSSESSE = INTERDIT”, accompagné de la mention “Ne pas utiliser chez [mentionner les personnes concernées”.

Ne pas arrêter ses traitements sans avis médical.

Cette mesure concernera “une large part de la pharmacopée” pour rappeler que “l’utilisation de médicaments pendant la grossesse n’est pas banale et nécessite l’avis d’un professionnel”, selon la DGS. Environ trois médicaments sur cinq comporteront un pictogramme grossesse, dont un tiers le pictogramme “interdit” et deux tiers le pictogramme “danger”.

Les femmes qui prennent ces médicaments ne doivent “en aucun cas” arrêter les traitements ou modifier les doses prescrites sans avis médical (médecin, sage-femme, pharmacien…), même après la découverte d’une grossesse, rappelle la DGS.

L’association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anticonvulsivant (Apesac) qui réclamait l’apposition de tels pictogrammes sur les médicaments contenant du valproate, nocifs pour les foetus et auxquels des dizaines de milliers de femmes ont été exposées depuis les années 60.

Tags : , , , , ,
About the Author
thassodotcom Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Leave a Reply

Optional: Social Subscribe/Login




avatar
  Subscribe  
Notify of

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Scientists use gene-editing tool CRISPR in attempt to cure HIV septembre 13, 2019
    The first attempt to use the gene-editing tool CRISPR to cure HIV infection was unsuccessful but the approach does show promise.
  • New cardiac fibrosis study identifies key proteins that translate into heart disease septembre 12, 2019
    Using cutting-edge technologies, researchers at Duke-NUS Medical School, Singapore, have developed the first genome-wide dataset on protein translation during fibroblast activation, revealing a network of RNA-binding proteins (RBPs) that play a key role in the formation of disease-causing fibrous tissue in the heart. Their findings, published in the journal Circulation, could help in the search […]
  • How your genes affect the number on your scale septembre 12, 2019
    Could your genes be keeping you from losing weight?
  • Scientists identify gene as master regulator in schizophrenia septembre 11, 2019
    Using computational tools to investigate gene transcription networks in large collections of brain tissues, a scientific team has identified a gene that acts as a master regulator of schizophrenia during early human brain development. The findings may lay the groundwork for future treatments for the highly complex neuropsychiatric disorder.
  • How your DNA takes shape makes a big difference in your health septembre 11, 2019
    The more we learn about our genome, the more mysteries arise. For example, how can people with the same disease-causing mutation have different disease progression and symptoms? And despite the fact that it's been more than 15 years since the human genome was sequenced, why can't we explain the significance of the vast majority of […]
Top