Ne pas utiliser chez les femmes enceintes ou en âge de procréer: Les pictogrammes

Last Updated on

16 octobre 2017 – En France, le Ministère des solidarités et de la santé (DSG) a annoncé l’entrée en vigueur du pictogramme “femmes enceintes”. Ce pictogramme, décliné en 2 modèles sera apposé à partir du 17 octobre 2017 sur les boîtes de médicaments pouvant présenter un danger (pictogramme triangle) ou interdits (pictogramme rond barré) pendant la grossesse. Le but est  d’offrir une meilleure visibilité de l’information relative à ces risques déjà signalée dans la notice du médicament.

Ce pictogramme est constitué d’un triangle rouge sur fond blanc d’au moins un centimètre de côté dans lequel se trouve une femme enceinte en noir. À sa droite ou en dessous, figure le libellé : “[NOM DE LA SPECIALITÉ] + GROSSESSE = DANGER”, accompagné du message suivant : “Ne pas utiliser chez [mentionner les personnes concernées] sauf en l’absence d’alternative thérapeutique”.

Un second modèle de pictogramme est proposé pour les produits strictement interdits aux femmes enceintes ou aux femmes en âge de procréer qui ne recourent pas à une contraception. Il s’agira d’un rond rouge barré, sur fond blanc, “d’au moins un centimètre de diamètre” dans lequel se trouve une femme enceinte en noir. À sa droite ou en dessous, figurera le libellé “[NOM DE LA SPECIALITE] + GROSSESSE = INTERDIT”, accompagné de la mention “Ne pas utiliser chez [mentionner les personnes concernées”.

Ne pas arrêter ses traitements sans avis médical.

Cette mesure concernera “une large part de la pharmacopée” pour rappeler que “l’utilisation de médicaments pendant la grossesse n’est pas banale et nécessite l’avis d’un professionnel”, selon la DGS. Environ trois médicaments sur cinq comporteront un pictogramme grossesse, dont un tiers le pictogramme “interdit” et deux tiers le pictogramme “danger”.

Les femmes qui prennent ces médicaments ne doivent “en aucun cas” arrêter les traitements ou modifier les doses prescrites sans avis médical (médecin, sage-femme, pharmacien…), même après la découverte d’une grossesse, rappelle la DGS.

L’association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anticonvulsivant (Apesac) qui réclamait l’apposition de tels pictogrammes sur les médicaments contenant du valproate, nocifs pour les foetus et auxquels des dizaines de milliers de femmes ont été exposées depuis les années 60.

Tags : , , , , ,
About the Author
thassodotcom Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • New tumor-driving mutations discovered in the under-explored regions of the cancer genome janvier 18, 2020
    In an unprecedented pan-cancer analysis of whole genomes, researchers at the Ontario Institute for Cancer Research (OICR) have discovered new regions of non-coding DNA that, when altered, may lead to cancer growth and progression.
  • Loss of function in key Y-chromosome genes increases cancer risk in men janvier 17, 2020
    Numerous studies have shown that men are more susceptible to cancer than women; however, the reason for this difference remains poorly understood. A new study by researchers from the Barcelona Institute for Global Health (ISGlobal) has identified a key biological mechanism that puts men at higher risk of cancer: loss of function in certain genes […]
  • Why we differ in our ability to fight off gut infections janvier 17, 2020
    Τhe ability of the immune system to fight off bacterial, viral and other invading agents in the gut differs between individuals. However, the biological mechanism by which this happens is not well understood, but at least part of this difference may be explained by genetic factors.
  • Low doses of radiation used in medical imaging lead to mutations in cell cultures janvier 16, 2020
    Common medical imaging procedures use low doses of radiation that are believed to be safe. A new study, however, finds that in human cell cultures, these doses create breaks that allow extra bits of DNA to integrate into the chromosome. Roland Kanaar and Alex Zelensky of Erasmus University Medical Center and Oncode Institute and colleagues […]
  • Progress in unraveling the mystery of the genomics of Parkinson's disease janvier 16, 2020
    The International Parkinson Disease Genomics Consortium (IPDGC) has now been in existence for ten years. In an article published in the Journal of Parkinson's Disease the consortium reviews the progress made over the past decade in the genomics of Parkinson's disease (PD) and related disorders including Lewy body diseases, progressive supranuclear palsy, and multiple system […]
Top