Myélome multiple: en France, daratumumab (Darzalex) est disponible

Last Updated on

09 octobre 2016 – Cette histoire par Aude Lecrubier a été publié titré “Myélome multiple : l’anticorps anti CD38, daratumumab, disponible en France” au Medscape Francais et ce reflète en essence dans leur formulation si dessous:

Myélome multiple

Myélome multiple

Malgré l’évolution des thérapeutiques dans le myélome multiple depuis une quinzaine d’années, de nombreux patients restent confrontés à la résistance aux traitements. Encore un patient sur deux survit moins de 5 ans [1].

L’annonce de l’arrivée, en France, de l’anticorps anti CD38, daratumumab (Darzalex®), par le laboratoire Janssen, offre donc un nouvel espoir aux patients en impasse thérapeutique [2].

Le traitement a d’abord été approuvé par la FDA en novembre 2015 puis, par l’EMA, le 20 mai 2016. Les deux AMM ont été obtenues dans le cadre d’évaluations accélérées, réservées aux médicaments susceptibles de présenter un intérêt majeur pour la santé publique.

Le daratumumab est désormais indiqué des deux côtés en l’Atlantique, en monothérapie, pour les patients adultes atteints d’un myélome multiple (MM) dont la maladie progresse en dépit des traitements antérieurs incluant un inhibiteur du protéasome (IP) et un agent immunomodulateur (IMID)

Mode d’action du daratumumab
L’anticorps monoclonal (IgG1k) agit en se liant au CD38, une protéine de signalisation fortement exprimée à la surface des plasmocytes malins, quel que soit le stade de la maladie. Il utilise ainsi le système immunitaire du patient contre les cellules tumorales et provoque leur mort.

Deux études pivots

Les autorisations de mise sur le marché s’appuient sur les données de l’étude MMY2002 (SIRIUS) de Phase 2 et de l’étude GEN501 de Phase 1/2 chez des patients en impasse thérapeutique [3,4].

Des données issues d’une analyse combinée de ces deux essais montrent qu’à l’issue d’un suivi moyen de 14,8 mois, le taux de réponse globale (TRG) était de 31% et que chez 83% des patients, la maladie était au moins stabilisée. A l’issue d’un suivi moyen de 14,8 mois, chez 83% des patients, la maladie était au moins stabilisée.

 Les effets secondaires les plus fréquemment observés sont les réactions au point d’injection, la fatigue, l’anémie, les nausées, la thrombopénie, les douleurs dorsales, la neutropénie, la toux, la rhinite allergique, la fièvre, la diarrhée, l’infection des voies respiratoires supérieures et la dyspnée.

Des associations de traitements très prometteuses

Deux études présentées aux congrès de l’ASCO 2016 et de l’ESH 2016 en juin dernier ont montré des résultats impressionnants pour deux associations de traitement incluant le daratumumab.

Dans l’étude Castor [5], présentée à l’ASCO, des patients atteints de myélome multiple, ayant précédemment reçu en moyenne deux lignes de traitement ont été randomisés pour recevoir soit du daratumumab en association avec le bortézomib (inhibiteur du protéasome) et la dexaméthasone en sous-cutanée (n=251) soit le bortézomib et la dexaméthasone seuls (n=247).

Il en ressort que l’association avec le daratumumab a permis de réduire de 61 % le risque de progression du cancer et de décès. Le traitement a permis de doubler les taux de réponse partielle (de 29% à 59%) et les taux de réponse complète (de 9% à 19%). Le daratumumab a peu augmenté les effets indésirables les plus fréquents du traitement classique, induisant des taux légèrement plus élevés de toxicité hématologique, d’infections et des neuropathies périphériques.

“Des résultats tout à faits spectaculaires sur la survie et la survie sans progression” avait commenté pour Medscape le Pr Jean-Yves Pierga (oncologue médical, Institut Curie, Université Paris Descartes) lors du dernier congrès de l’ASCO ( voir la vidéo).

 L’étude Pollux [6], présentée quelques jours plus tard à l’ESH, a montré, pour sa part, que l’association daratumumab + lénalidomide (un immunomodulateur) + dexaméthasone diminuait de 63 % le risque de progression de la maladie et de décès par rapport au lénalidomide et à la dexaméthasone seuls, chez des patients atteints de myélome multiple qui avaient reçu au moins une ligne de traitement antérieure (RR=0,37; IC 95 % (0,27-0,52), p<0,0001).

En s’appuyant sur les résultats des études Castor et Pollux, le laboratoire Janssen a déposé une demande d’AMM pour une indication en association avec un immunomodulateur seul (lenalidomide) ou un IP (dexamethasone ou bortezomib) et un immunomodulateur (lenalidomide) dans le traitement des patients en rechute après avoir reçu au moins un traitement antérieur.

Le laboratoire précise que d’autres études sont en cours avec le daratumumab dans d’autres maladies malignes ou pré-malignes dans lesquelles CD38 est exprimé, comme le myélome indolent et le lymphome non-hodgkinien.

References:

1.De Angelis R, Minicozzi P, Sant M, et al. Survival variations by country and age for lymphoid and myeloid malignancies in Europe 2000- 2007: results of EUROCARE-5 population-based study. Eur J Cancer. 2015;51:2254-68.

2.Communiqué de presse Janssen. Mise à disposition en France de Darzalex® (daratumumab) pour le traitement du Myélome Multiple. 15 septembre 2016

3.Lonial S, Weiss BM, Usmani SZ, et al. Daratumumab monotherapy in patients with treatment-refractory multiple myeloma (SIRIUS): an open-label, randomised, phase 2 trial. Lancet. 2016;387:1551-60.

4. Lokhorst HM, Plesner T, Laubach JP, et al. Targeting CD38 with daratumumab monotherapy in multiple myeloma. N Engl J Med. 2015;373:1207-19

5.Palumbo A et coll.. Phase III randomized controlled study of daratumumab, bortezomib, and dexamethasone (DVd) versus bortezomib and dexamethasone (Vd) in patients (pts) with relapsed or refractory multiple myeloma (RRMM): CASTOR study. Résumé LBA4

6.Dimopoulos M, Oriol A, Nahi H, et al. An open-label, randomised phase 3 study of daratumumab, lenalidomide, and dexamethasone (DRd) versus lenalidomide and dexamethasone (Rd) in relapsed or refractory multiple myeloma (RRMM): Pollux. Presentation at 21st Congress of the European Hematology Association (EHA), Copenhagen, Denmark; 9-12 June 2016: abstract LB2238.

Tags : , , ,
About the Author
thassodotcom Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Leave a Reply

Optional: Social Subscribe/Login




avatar
  Subscribe  
Notify of
Sildenafil Online
Guest

This is my first time pay a visit at here and i am really
happy to read everthing at alone place.

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Researchers find genetic links to child obesity across diverse ethnic groups août 22, 2019
    An international team of researchers who analyzed data across multiple ethnicities has produced the largest genetic study to date associated with common childhood obesity. The Early Growth Genetics (EGG) Consortium discovered a robust new signal, fine-mapped previously reported genetic variants, and added to evidence that genetic influences on obesity operate across the lifespan.
  • Researchers develop model to personalize radiation treatment août 22, 2019
    A personalized approach to cancer treatment has become more common over the last several decades, with numerous targeted drugs approved to treat particular tumor types with specific mutations or patterns. However, this same personalized strategy has not translated to radiation therapy, and a one-size-fits-all approach for most patients is still common practice. Moffitt Cancer Center […]
  • How our genes and environment influence BMI and height août 22, 2019
    Environmental conditions influence our body mass index (BMI) by increasing or decreasing the effect of inherited genetic variations, University of Queensland researchers have discovered.
  • Genetic testing and family tree research are revealing painful family secrets, research says août 22, 2019
    Genealogical research and genetic testing are revealing skeletons in family closets and causing rifts among members, a new study shows.
  • Researchers use single-cell sequencing to get a better look at human embryo implantation août 22, 2019
    A team of researchers affiliated with multiple institutions in China has used single-cell sequencing to learn more about the human embryo during implantation in the uterus. In their paper published in the journal Nature, the group describes sequencing thousands of human embryo cells from before, during and after implantation, and what they learned from it.
Top