Myélome multiple: en France, daratumumab (Darzalex) est disponible

Last Updated on

09 octobre 2016 – Cette histoire par Aude Lecrubier a été publié titré “Myélome multiple : l’anticorps anti CD38, daratumumab, disponible en France” au Medscape Francais et ce reflète en essence dans leur formulation si dessous:

Myélome multiple

Myélome multiple

Malgré l’évolution des thérapeutiques dans le myélome multiple depuis une quinzaine d’années, de nombreux patients restent confrontés à la résistance aux traitements. Encore un patient sur deux survit moins de 5 ans [1].

L’annonce de l’arrivée, en France, de l’anticorps anti CD38, daratumumab (Darzalex®), par le laboratoire Janssen, offre donc un nouvel espoir aux patients en impasse thérapeutique [2].

Le traitement a d’abord été approuvé par la FDA en novembre 2015 puis, par l’EMA, le 20 mai 2016. Les deux AMM ont été obtenues dans le cadre d’évaluations accélérées, réservées aux médicaments susceptibles de présenter un intérêt majeur pour la santé publique.

Le daratumumab est désormais indiqué des deux côtés en l’Atlantique, en monothérapie, pour les patients adultes atteints d’un myélome multiple (MM) dont la maladie progresse en dépit des traitements antérieurs incluant un inhibiteur du protéasome (IP) et un agent immunomodulateur (IMID)

Mode d’action du daratumumab
L’anticorps monoclonal (IgG1k) agit en se liant au CD38, une protéine de signalisation fortement exprimée à la surface des plasmocytes malins, quel que soit le stade de la maladie. Il utilise ainsi le système immunitaire du patient contre les cellules tumorales et provoque leur mort.

Deux études pivots

Les autorisations de mise sur le marché s’appuient sur les données de l’étude MMY2002 (SIRIUS) de Phase 2 et de l’étude GEN501 de Phase 1/2 chez des patients en impasse thérapeutique [3,4].

Des données issues d’une analyse combinée de ces deux essais montrent qu’à l’issue d’un suivi moyen de 14,8 mois, le taux de réponse globale (TRG) était de 31% et que chez 83% des patients, la maladie était au moins stabilisée. A l’issue d’un suivi moyen de 14,8 mois, chez 83% des patients, la maladie était au moins stabilisée.

 Les effets secondaires les plus fréquemment observés sont les réactions au point d’injection, la fatigue, l’anémie, les nausées, la thrombopénie, les douleurs dorsales, la neutropénie, la toux, la rhinite allergique, la fièvre, la diarrhée, l’infection des voies respiratoires supérieures et la dyspnée.

Des associations de traitements très prometteuses

Deux études présentées aux congrès de l’ASCO 2016 et de l’ESH 2016 en juin dernier ont montré des résultats impressionnants pour deux associations de traitement incluant le daratumumab.

Dans l’étude Castor [5], présentée à l’ASCO, des patients atteints de myélome multiple, ayant précédemment reçu en moyenne deux lignes de traitement ont été randomisés pour recevoir soit du daratumumab en association avec le bortézomib (inhibiteur du protéasome) et la dexaméthasone en sous-cutanée (n=251) soit le bortézomib et la dexaméthasone seuls (n=247).

Il en ressort que l’association avec le daratumumab a permis de réduire de 61 % le risque de progression du cancer et de décès. Le traitement a permis de doubler les taux de réponse partielle (de 29% à 59%) et les taux de réponse complète (de 9% à 19%). Le daratumumab a peu augmenté les effets indésirables les plus fréquents du traitement classique, induisant des taux légèrement plus élevés de toxicité hématologique, d’infections et des neuropathies périphériques.

“Des résultats tout à faits spectaculaires sur la survie et la survie sans progression” avait commenté pour Medscape le Pr Jean-Yves Pierga (oncologue médical, Institut Curie, Université Paris Descartes) lors du dernier congrès de l’ASCO ( voir la vidéo).

 L’étude Pollux [6], présentée quelques jours plus tard à l’ESH, a montré, pour sa part, que l’association daratumumab + lénalidomide (un immunomodulateur) + dexaméthasone diminuait de 63 % le risque de progression de la maladie et de décès par rapport au lénalidomide et à la dexaméthasone seuls, chez des patients atteints de myélome multiple qui avaient reçu au moins une ligne de traitement antérieure (RR=0,37; IC 95 % (0,27-0,52), p<0,0001).

En s’appuyant sur les résultats des études Castor et Pollux, le laboratoire Janssen a déposé une demande d’AMM pour une indication en association avec un immunomodulateur seul (lenalidomide) ou un IP (dexamethasone ou bortezomib) et un immunomodulateur (lenalidomide) dans le traitement des patients en rechute après avoir reçu au moins un traitement antérieur.

Le laboratoire précise que d’autres études sont en cours avec le daratumumab dans d’autres maladies malignes ou pré-malignes dans lesquelles CD38 est exprimé, comme le myélome indolent et le lymphome non-hodgkinien.

References:

1.De Angelis R, Minicozzi P, Sant M, et al. Survival variations by country and age for lymphoid and myeloid malignancies in Europe 2000- 2007: results of EUROCARE-5 population-based study. Eur J Cancer. 2015;51:2254-68.

2.Communiqué de presse Janssen. Mise à disposition en France de Darzalex® (daratumumab) pour le traitement du Myélome Multiple. 15 septembre 2016

3.Lonial S, Weiss BM, Usmani SZ, et al. Daratumumab monotherapy in patients with treatment-refractory multiple myeloma (SIRIUS): an open-label, randomised, phase 2 trial. Lancet. 2016;387:1551-60.

4. Lokhorst HM, Plesner T, Laubach JP, et al. Targeting CD38 with daratumumab monotherapy in multiple myeloma. N Engl J Med. 2015;373:1207-19

5.Palumbo A et coll.. Phase III randomized controlled study of daratumumab, bortezomib, and dexamethasone (DVd) versus bortezomib and dexamethasone (Vd) in patients (pts) with relapsed or refractory multiple myeloma (RRMM): CASTOR study. Résumé LBA4

6.Dimopoulos M, Oriol A, Nahi H, et al. An open-label, randomised phase 3 study of daratumumab, lenalidomide, and dexamethasone (DRd) versus lenalidomide and dexamethasone (Rd) in relapsed or refractory multiple myeloma (RRMM): Pollux. Presentation at 21st Congress of the European Hematology Association (EHA), Copenhagen, Denmark; 9-12 June 2016: abstract LB2238.

Tags : , , ,
About the Author
thassodotcom Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Leave a Reply

Optional: Social Subscribe/Login




avatar
  Subscribe  
Notify of
Sildenafil Online
Guest

This is my first time pay a visit at here and i am really
happy to read everthing at alone place.

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • New candidate cancer genes identified using math models novembre 15, 2019
    Computational modeling is the use of computers to simulate and study the behavior of complex systems. Computational approaches are widely adopted in the bioimedical sciences and can be used to sift through large volumes of complex data to extract recurrent patterns that may point to a disease's causes and effects.
  • Turning 'junk' DNA into gold novembre 15, 2019
    Mining the rich uncharted territory of the genome or genetic material of a cancer cell has yielded gold for Princess Margaret scientists: new protein targets for drug development against prostate cancer.
  • Researchers take first step toward genetic test for childhood short-sightedness novembre 15, 2019
    Researchers from the Universities of Cardiff and Bristol have devised a test that could in future help to identify children at risk of developing a very common eye condition.
  • Researchers link sisters' paralysis to an 'extremely rare' genetic variant novembre 15, 2019
    Following a nearly 25-year search across three continents, parents of a pair of sisters—who as children slowly became paralyzed from the waist down—finally have a diagnosis, according to researchers at University of Southern California (USC) and Translational Genomics Research Institute (TGen), an affiliate of City of Hope.
  • Genetic variation in individual brain cell types may predict disease risk novembre 15, 2019
    One might think that the primary cause of most genetically linked diseases comes from mutations in coding DNA—alterations in coding regions of the genome that can lead directly to changes in the expression of particular proteins important for a healthy body. But the majority of human DNA is non-coding DNA—regions of DNA that do not […]
  • Teens with heart disease improve exercise capacity in large clinical trial novembre 17, 2019
    The largest-ever clinical trial of a medication for pediatric cardiology patients found that an oral drug significantly improved exercise capacity in adolescent patients with severe, congenital single-ventricle heart defects. A study leader says the physiologic benefits represent a milestone in the care of those who have undergone the Fontan procedure, a palliative operation for single-ventricle […]
  • Rare genetic variants predispose to sudden cardiac death novembre 16, 2019
    By identifying rare DNA variants that substantially increase risk of sudden cardiac death, researchers have laid the foundation for efforts to identify individuals who could benefit from prevention strategies prior to experiencing symptoms.
  • Early diagnosis of pregnancy-associated heart disease linked to better outcomes novembre 16, 2019
    Women who are diagnosed with peripartum cardiomyopathy (PPCM) during late pregnancy or within a month following delivery are more likely to experience restored cardiac function and improved outcomes compared to those who are diagnosed later in the postpartum period, according to a new study. The findings underscore the need for increased awareness and monitoring of […]
  • Intermittent fasting increases longevity in cardiac catheterization patients novembre 16, 2019
    In a new study by researchers at the Intermountain Healthcare Heart Institute in Salt Lake City, researchers have found that cardiac catheterization patients who practiced regular intermittent fasting lived longer than patients who don't.
  • New catalysts remove NOx pollutants at lower temperatures novembre 16, 2019
    Scientists from Tokyo Metropolitan University have developed a low-temperature catalyst for removing NOx gas from industrial exhaust using ammonia. Composed of bulk 'defective' vanadium oxide instead of vanadium oxides supported on titanium oxide like in commercial catalysts, the catalyst works at lower temperatures (< 150 degrees Celsius) with much higher efficiency. The team demonstrated a […]
Top