Mycophénolate (Cellcept et génériques et Myfortic): nouvelles contre-indications et mesures de prévention de la grossesse en raison du risque important de tératogénicité

Last Updated on

Décembre 14, 2015 – Voici d’information importante venant de l’ANSM à consulter consulter  sur le site Internet de l’ANSM sous  http://ansm.sante.fr.

L’évaluation européenne[1] du mycophénolate[2] qui vient de s’achever conduira à ajouter de nouvelles contre-indications et à renforcer les mesures de prévention de la grossesse, en raison des risques d’avortements spontanés et de malformations liés à son utilisation. Les patients et les professionnels de santé concernés recevront une information spécifique sur ces risques. Les prescripteurs devront par ailleurs se conformer strictement aux indications de l’AMM.

Le mycophénolate est indiqué en association à la ciclosporine et aux corticostéroïdes pour la prévention des rejets aigus d’organes chez des patients ayant bénéficié d’une allogreffe rénale (MYFORTIC®), et également en cas d’allogreffe cardiaque ou hépatique (CELLCEPT® et génériques). Ces spécialités sont soumises à une prescription initiale hospitalière semestrielle.

Les données disponibles montrent le caractère hautement tératogène du mycophénolate : le risque d’avortements spontanés est de 45 à 49 % chez les femmes enceintes exposées et des malformations congénitales sont rapportées chez 23 à 27 % des naissances vivantes lorsque les femmes sont exposées pendant la grossesse. Ces proportions sont beaucoup plus importantes avec le mycophénolate qu’avec d’autres immunosuppresseurs (pour lesquels des avortements spontanés ont été rapportés chez 12 à 33% des patientes et des malformations chez 4 à 5 % des naissances vivantes, chez les patientes ayant bénéficié d’une transplantation d’organe solide et traitées par des immunosuppresseurs autres que le mycophénolate mofétil).

En conséquence, de nouvelles contre-indications pour le mycophénolate seront ajoutées à l’AMM. Ces médicaments ne doivent pas être utilisés :

pendant la grossesse sauf s’il n’y a pas d’alternative thérapeutique pour prévenir un rejet de greffe;
chez la femme en âge de procréer qui n’utilise pas de méthode contraceptive hautement efficace;
chez la femme en âge de procréer qui n’a pas de test de grossesse négatif à l’initiation du traitement.

Informations pour les patients
Les femmes en âge de procréer recevront une information spécifique avant la mise en place d’un traitement par mycophénolate qui leur rappellera notamment :

le risque malformatif (tératogène) du mycophénolate et la nécessité d’éviter une grossesse en cours de traitement et 6 semaines après la fin du traitement ;
la nécessité d’avoir obtenu le résultat négatif d’un test de grossesse avant de débuter un traitement par mycophénolate ;
la nécessité d’utiliser une méthode de contraception efficace avant le début du traitement, pendant toute la durée de celui‑ci et jusqu’à 6 semaines après l’arrêt du mycophénolate ;
en cas de suspicion d’une grossesse au cours du traitement par mycophénolate :
– la nécessité de consulter immédiatement leur médecin
– la nécessité de ne pas arrêter leur traitement sans avoir consulté au préalable leur médecin.
Etant donné le potentiel génotoxique du mycophénolate et le risque de passage dans le liquide séminal, il est recommandé aux hommes sexuellement actifs (dont ceux ayant eu une vasectomie) d’utiliser des préservatifs pendant le traitement et durant au moins 90 jours après l’arrêt du traitement. De plus, il est recommandé aux partenaires féminines de ces patients, d’utiliser une contraception hautement efficace pendant le traitement et durant les 90 jours qui suivent la dernière prise de mycophénolate par le partenaire masculin.

Les patients ne doivent pas faire de don du sang pendant le traitement et sur une période d’au moins 6 semaines après l’arrêt du mycophénolate. Les hommes ne doivent pas faire de don de sperme pendant le traitement ainsi que sur une période d’au moins 90 jours après l’arrêt du mycophénolate.

Informations pour les médecins prescripteurs
Les nouvelles contre-indications et mesures additionnelles pour prévenir une grossesse sont détaillées dans une Lettre aux professionnels de santé. L’ANSM rappelle la nécessité d’exclure toute utilisation du mycophénolate dans des indications non validées par l’AMM, en raison du risque majeur de tératogénicité.

L’ANSM rappelle que les professionnels de santé doivent déclarer immédiatement tout effet indésirable suspecté d’être dû à un médicament dont ils ont connaissance au centre régional de pharmacovigilance dont ils dépendent géographiquement. Les patients et les associations agréées de patients peuvent également signaler tout effet indésirable à leur centre régional de pharmacovigilance. Pour plus d’information, consulter la rubrique « Déclarer un effet indésirable » sur le site Internet de l’ANSM : http://ansm.sante.fr

Lire aussi

Tags : ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Artificial RNA editing with ADAR for gene therapy juillet 9, 2020
    Many of the diseases caused by point mutations have no established therapeutic approaches. Prof. Tsukahara and colleagues (Japan Advanced Institute of Science and Technology) are studying a therapeutic method using artificial RNA editing. Artificial site-directed RNA editing is an important technique for modifying genes and ultimately regulating protein function. We are trying to modify the […]
  • Amygdala changes in male patients with schizophrenia and bipolar disorder juillet 9, 2020
    Researchers at Kumamoto University, Japan have revealed that DNA methylation occurs in the gene that codes serotonin transporter (SERT), a protein that regulates neurotransmitter transmission, in schizophrenia and bipolar patients. Particularly prominent in males and patients with certain genetic polymorphisms, this methylation is inversely correlated with volume of the amygdala in the brain. This work […]
  • Surprisingly many peculiar long introns found in brain genes juillet 9, 2020
    In a recent study of genes involved in brain functioning, their previously unknown features have been uncovered by bioinformaticians from the Moscow Institute of Physics and Technology and the Institute of Mathematical Problems of Biology, RAS. The findings are reported in PLOS One.
  • Major cause of rare genetic mitochondrial disease identified juillet 9, 2020
    A cutting-edge study from the Murdoch Children's Research Institute (MCRI) has given hope to families of children born with a fatal heart muscle disease caused by faulty cell machinery.
  • Spatial mapping method pinpoints potential new therapeutic targets in lupus juillet 8, 2020
    A team of researchers from Children's Hospital of Philadelphia (CHOP) used a new method of pinpointing potential disease-causing changes in the genome to identify two new potential therapeutic targets for lupus, while also paving the way for more accurately identifying disease-causing variations in other autoimmune disorders. The findings were published online in Nature Communications.
  • Jurassic fossils from northeastern China reveal morphological stasis in the catkin-yew juillet 11, 2020
    Dong and colleagues studied well-preserved plant fossils from the Middle-Late Jurassic Daohugou Bed in eastern Inner Mongolia, northeastern China. These fossils closely resemble the extant catkin-yews Amentotaxus. They provide unequivocal evidence that the catkin-yews have undergone little morphological change over at least ~160 million years. Like ginkgo, the catkin-yews are living fossils that provide an […]
  • Largest study of prostate cancer genomics in Black Americans ids targets for therapies juillet 10, 2020
    Black men in the United States are known to suffer disproportionately from prostate cancer, but few studies have investigated whether genetic differences in prostate tumors could have anything to do with these health disparities. Now, in the largest study of its kind to date, researchers from Boston University School of Medicine (BUSM), UC San Francisco […]
  • Liquid metal synthesis for better piezoelectrics: Atomically-thin tin-monosulfide juillet 10, 2020
    An RMIT-UNSW collaboration applies liquid-metal synthesis to piezoelectrics, advancing future flexible, wearable electronics, and biosensors drawing their power from the body's movements.Piezoelectric materials such as atomically-thin tin-monosulfide (SnS) convert mechanical forces or movement into electrical energy. Along with their inherent flexibility, this makes them candidates for flexible nanogenerators in wearable electronics or internal, self-powered biosensors.
  • Mom and baby share 'good bacteria' through breast milk juillet 10, 2020
    A new study by researchers at the University of British Columbia and the University of Manitoba has found that bacteria are shared and possibly transferred from a mother's milk to her infant's gut, and that breastfeeding directly at the breast best supports this process.
  • Alaskan volcano linked to mysterious period with extreme climate in ancient Rome juillet 10, 2020
    The cold, famine and unrest in ancient Rome and Egypt after the assassination of Julius Caesar in 44 BCE has long been shrouded in mystery. Now, an international team, including researchers from the University of Copenhagen, has found evidence suggesting that the megaeruption of an Alaskan volcano may be to blame.
Top