Maladie génétique: vivre avec la drépanocytose

Last Updated on

décembre 10, 2017 – Maladie génétique: comment vivre avec la drépanocytose? De jeunes malades apprennent à vivre avec la drépanocytose alors que dans un même temps, la recherche tente de mettre au point des traitements innovants.

Dépasser ses limites pour surmonter la maladie. Ces jeunes sont atteints de drépanocytose, une maladie génétique grave qui modifie les globules rouges du sang. Une anomalie qui les empêche de vivre normalement, et qui provoque sans prévenir de violentes crises de douleurs. Dans cet établissement spécialisé, ces élèves malades apprennent à gérer leurs crises, sans pour autant pouvoir se passer de médicaments. Christian et Cheick Haba ont passé un an ici, le temps de mieux connaître leur maladie et d’apprendre à la soigner. Ils vont pouvoir rentrer chez eux après que leur médecin référent leur adresse d’ultimes recommandations.

Il y a des traitements prometteurs, naturellement. À l’un coté on doit respecter une hygiène de vie rigoureuse et prendre le traitement pour améliorer les symptômes de la maladie sans pouvoir la guérir. Par contre, à l’autre coté, aujourd’hui, en clinique, il n’y as qu’une greffe de moelle osseuse qui peut guérir la maladie et ca n’est pas toujours possible moins d’un patient sur cinq a un donneur compatible. En plus, à l’institut des maladies génétiques, un premier patient a pu bénéficier d’un traitement extrêmement innovant  la thérapie génique. Donc, en octobre 2014, pour la première fois dans l’histoire médicale , un patient atteint de drépanocytose, en l’occurrence un adolescent de 13 ans, recevait une thérapie génique pour traiter cette forme grave d’anémie d’origine génétique.

Les résultats publiés au debut d’année 2017 dans le New England Journal of Medicine (NEJM) par l’équipe du professeur Marina Cavazzana, de l’Institut des maladies génétiques Imagine, INSERM, à l’hôpital Necker de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), avec un recul de quinze mois, sont très encourageants. Le jeune garçon, qui avait une forme très sévère de drépanocytose, ne souffre plus des crises extrêmement douloureuses caractéristiques de cette maladie, dues à l’occlusion de petits vaisseaux par des globules rouges déformés. Il n’a plus besoin de transfusions sanguines, et il a repris ses activités physiques et scolaires. Son taux d’hémoglobine est normal, et la protéine thérapeutique provenant du vecteur s’exprime à un niveau élevé; elle représente environ 50 % de l’hémoglobine circulante.

Le garçon se trouve  dans une situation totalement stable, et le niveau de correction obtenu laisse espérer que sa rémission va se poursuivre pendant des années.  Si ces bons résultats se confirment dans le temps et à plus large échelle, cette thérapie génique pourrait être proposée comme alternative à la greffe de moelle à des patients qui n’ont pas de donneur compatible. Soit potentiellement beaucoup de personnes. En effet, la drépanocytose touche préférentiellement les personnes issues de zones géographiques à risque,  Afrique, Antilles, Maghreb, Asie, et es l’une des affections héréditaires les plus fréquentes. Dans le monde, 275 000 nouveau-nés naissent chaque année avec cette anémie chronique, qui se caractérise par la production d’une hémoglobine anormale et de globules rouges déformés (falciformes), du fait d’une mutation dans le gène de la béta globine. Le nombre de malades est de l’ordre de 90 000 aux Etats-Unis, de 26 000 en France.

Pour l’heure, le coût de cette thérapeutique est très élevé, de l’ordre de 500 000 euros par patient.Il est donc hautement improbable qu’une majorité de patients dans le monde entier bénéficiera de ce type de traitement, car il ne sera pas remboursable, même si les coûts devaient diminuer de manière significative à l’avenir. Entre temps, un test de dépistage rapide pourrait au moins révolutionner le diagnostic de la drépanocytose. Normalement, le dépistage, c’est lourd et c’est coûteux aussi et les résultats n’arrivent pas rapidement. Ce test de diagnostic rapide, Sickle Scan du laboratoire BioMedomics, est en train d’être mis au point aux Etats-Unis.

Tags : , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

@peepso_user_31150(maria)
My name is Laura I live in united state, i am here to give my testimony about a spell caster called Priest Ola who helped me in my life. I was infected with HERPES SIMPLEX VIRUS in 2014, i went to many hospitals for cure but there was no solution, so I was thinking how can I get a solution out so that my body can be okay.So One day I went online on the internet to know more clue about the Herpes Simplex Virus i came across a review of a lady called Helen saying that she got her Herpes Simplex Virus cured by A spell caster Called Priest Ola. And she also went as far to drop an email address and website address including Priest Ola telephone number and advise anyone to contact Priest Ola for any kind of help. So i gave a try by contacting him through his website and explain my problem to him. He told me all the things I need to do and also give me instructions to take, which I followed properly. Before I knew what is happening after two weeks the HERPES SIMPLEX VIRUS that was in my body… Lire plus
il y a 4 mois il y a 4 mois

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Discovery of new disease-susceptibility gene for steroid-sensitive nephrotic syndrome juillet 3, 2020
    An international research collaboration, including Professor Iijima Kazumoto et al. (of the Department of Pediatrics, Kobe University Graduate School of Medicine) has revealed that NPHS1 is a disease-susceptibility gene for steroid-sensitive nephrotic syndrome in children. The NPHS1 gene encodes nephrin, a component protein for the renal glomerulus slit diaphragm, which prevents protein from being passed […]
  • How digital tools can advance quality and equity in genomic medicine juillet 3, 2020
    The pandemic has forced health care providers to find new ways to connect with patients through screens. For genetic specialists, who provide patients and families with genetic testing for conditions linked to DNA, connecting with patients is an important part of helping them make informed medical decisions.
  • Scientists develop method to reveal the cell types most affected by genetic variation juillet 3, 2020
    Scientists at Johns Hopkins Medicine have found types of cells in the brain that are most susceptible to inherited genetic variants linked to schizophrenia. As a result, their work reveals a shortlist of the variants that most likely impact disease risk.
  • The protein that stands between us and autoimmunity juillet 2, 2020
    The immune system is supposed to protect from external microbial invaders, but sometimes it turns its efforts inward, potentially resulting in autoimmune diseases. In a new study, researchers from Osaka University have discovered how reversible modifications to DNA by certain proteins protect from autoimmune diseases, and conversely, how the absence of these proteins paves the […]
  • Concern following gene therapy adverse events juillet 2, 2020
    The Editor-in-Chief of Human Gene Therapy, the first journal devoted to the field of gene therapy, and one of the world's leading experts on gene therapy have co-authored a new editorial, Moving Forward After Two Deaths in a Gene Therapy Trial of Myotubular Myopathy, in response to the news of two deaths in a now-halted […]
Top