Les rappeurs américains: Leur cocktail euphorisant “purple drank” inquiète l’ANSM

Last Updated on

16 Mars 2016 – Ce message vient de Medscape Francaise et se reflète dans leur formulation:

L’ANSM alerte les professionnels de santé sur la popularité croissante du “purple drank”, un cocktail euphorisant à base de sirop codéiné, de prométhazine et de limonade. Les signalements d’abus et de mésusage touchent principalement les adolescents et les jeunes adultes.

“Délivrés avec ou sans ordonnance, ces médicaments peuvent être utilisés par des adolescents ou des jeunes adultes à des fins récréatives ou de “défonce”, indique l’agence. “Les signalements ont augmenté nettement avec des achats suspects en pharmacie, des mésusages simples mais également des

Purple Drank

Purple Drank

mésusages compliqués d’intoxication ayant nécessité une hospitalisation chez de jeunes usagers, avec une évolution favorable”, a indiqué le  Comité technique des Centres d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) de l’ANSM en septembre 2015. En termes de populations touchées, les signalements de “purple drank” concernent des garçons comme des filles, majoritairement des adolescents, le plus jeune ayant 12 ans, mais aussi de jeunes adultes.

Lancé par un rappeur américain

L’émergence du “purple drank” date de la fin des années 1990 aux Etats-Unis. Il doit sa couleur au sirop codéiné le plus utilisé aux Etats-Unis qui est violet. Le premier à avoir revendiqué la prise de “purple drank” est le rappeur DJ Screw en 1992. Le cocktail, très prisé par les rappeurs américains, est devenu “un problème de santé publique dans la population jeune” aux Etats-Unis, précise l’ANSM.

Tableaux cliniques aux urgences

Les symptômes rapportés lors des intoxications font état notamment de trouble de la vigilance (somnolence), des troubles comportementaux avec agitation, confusion ou délire et dans un cas de crises convulsives. Par ailleurs, un cas de décès a été rapporté chez un adulte chez qui de la prométhazine a été mise en évidence avec d’autres substances psychoactives à des taux toxiques dont l’un était extrêmement élevé. Aussi, selon la base de données (VigiBase) de l’OMS, deux overdoses et deux suicides ont été rapportés avec l’association prométhazine-codéine.

Compte-tenu de la facilité d’accès des médicaments utilisés pour la fabrication du “purple drank” et des risques graves encourus, l’ANSM recommande “d’être particulièrement vigilants face à toute demande, attitude ou constatation d’usage qui semblerait suspecte, en particulier si elle émane de jeunes adultes ou d’adolescents”. Elle signale également que “cette consommation peut également être une porte d’entrée dans l’addiction pour les jeunes” et appelle à déclarer les cas d’abus. “Cette consommation de cocktail à base de sirop codéiné se place dans le contexte d’un retour des opiacés médicamenteux, commente le  Pr Michel Reynaud, chef du département de psychiatrie et d’addictologie à l’hôpital Paul Brousse (Villejuif). C’est un vrai problème aux Etats-Unis où il y a plus d’overdoses aux opiacés médicamenteux qu’à l’héroïne. Il n’est pas étonnant que ce phénomène réapparaisse en France d’une manière ou d’une autre, notamment avec ces médicaments codéines”.

En France, alors que les premiers signalements ont été rapportés au réseau d’addictovigilance de l’ANSM en 2013, on constate depuis une nette augmentation. Sur la période janvier 2009 à décembre 2014, 17 signalements de “purple drank” ont été répertoriés dont 12 en 2014. Une notification concernait l’usage de prométhazine seule (sans codéine). Les 16 autres faisaient mention de polyconsommation avec l’association de prométhazine et codéine ou plus rarement de dextrométhorphane, un dérivé morphinique antitussif d’action centrale pour lequel une information aux professionnels de santé sur un usage détourné a déjà été publiée en novembre 2014.

Parmi 8 notifications spontanées, 1 correspond à un mésusage, 2 concernent une dépendance et 5 portent sur des mésusages compliqués d’intoxications chez des jeunes de 12 à 17 ans. En 2015, le cocktail continue à gagner en popularité puisqu’entre janvier et août, 18 signalements de “purple drank” ont été répertoriés dont 7 notifications spontanées.

“Cette consommation de cocktail à base de sirop codéiné se place dans le contexte d’un retour des opiacés médicamenteux. C’est un vrai problème aux Etats-Unis où il y a plus d’overdoses aux opiacés médicamenteux qu’à l’héroïne. Il n’est pas étonnant que ce phénomène réapparaisse en France d’une manière ou d’une autre, notamment avec ces médicaments codéines”, conclut le Pr Reynaud. “Nous sommes au début du problème. Pour l’instant, les jeunes sont vus dans les services d’urgence et non dans les services spécialisés dans la prise en charge de l’addiction car il faudra des années pour que la dépendance s’installe chez les gros consommateurs. En revanche, il faut qu’il y ait, dès maintenant, une évaluation addictologique et psychiatrique un peu fine, pour essayer de voir si ces jeunes risquent d’être en difficulté. Cette consommation peut être une porte d’entrée dans l’addiction”, a commenté le Pr Michel Reynaud.

La codéine est un opiacé indiqué chez l’enfant de plus de 12 ans et l’adulte dans le traitement symptomatique de la toux ou des douleurs d’intensité modérée à intense. La prométhazine est un antihistaminique H1 indiqué dans le traitement symptomatique des manifestations allergiques et en cas d’insomnies occasionnelles. Ces deux médicaments se présentent sous différentes formes utilisées pour la fabrication du « purple drank » (comprimé, sirop et solution buvable). Par contre, l’EMA interdit les antitussifs codéinés avant 12 ans.

D’autres associations dangereuses: Plus rarement, d’autres médicaments peuvent être utilisés, comme le dextrométhorphane ou l’association paracétamol-codéine, dont la consommation abusive présente un risque supplémentaire d’hépatotoxicité. En outre, de nombreux décès ont été rapportés avec le mélange prométhazine-méthadone.Les médicaments concernés peuvent faire l’objet de demandes dissociées dans des pharmacies différentes, rendant difficile l’identification d’un mésusage.

 

Tags : , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: newest tweets

thasso: commentaires récents

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • CRG standardises COVID-19 data analysis to aid international research efforts mars 27, 2020
    Researchers from the Centre for Genomic Regulation (CRG) have launched a new database to advance the international research efforts studying COVID-19.
  • Gene mutation enhances cognitive flexibility in mice, study suggests mars 27, 2020
    Researchers at the National Institutes of Health have discovered in mice what they believe is the first known genetic mutation to improve cognitive flexibility—the ability to adapt to changing situations.
  • Benefiting from the national gene vector biorepository mars 27, 2020
    Gene therapy investigators can greatly benefit from the resources and services provided by the National Gene Vector Biorepository (NGVB), housed at the Indiana University School of Medicine. These include 93 unique reagents, a searchable database of animal safety studies, and Replication Competent Virus Testing, as detailed in an article published in Human Gene Therapy.
  • Quinn on Nutrition: Genes that fit mars 27, 2020
    Look in the mirror. A lot of what you see came from your parents, grandparents and on down the line. And a lot of what goes on inside our bodies—including our risk for disease and how we utilize nutrients—comes from inherited traits as well.
  • Destroying DNA to save the genome—study offers new insights into sepsis and its treatment mars 26, 2020
    Sepsis—the body's own immune response gone against it—is a major health problem worldwide. It is basically a "hyper" immune response by the body to infection or injury, and is characterized by hyperinflammation, immune system paralysis, cell death, liver and kidney failure, blood clots, and even hemorrhage.
  • Psychiatric disorders after first birth reduce likelihood of subsequent children mars 29, 2020
    Women who suffer from psychiatric disorders such as depression, anxiety, mania and schizophrenia following the live birth of their first child are less likely to go on to have more children, according to the first study to investigate this in a large nationwide population. It is published in Human Reproduction.
  • Machine learning puts a new spin on spin models mars 28, 2020
    Tokyo, Japan - Researchers from Tokyo Metropolitan University have used machine learning to study spin models, used in physics to study phase transitions. Previous work showed that image/handwriting classifying AI could be applied to distinguish states in the simplest models. The team showed the approach is applicable to more complex models and found that an […]
  • 'McDonaldization' based analysis of Russian social networks mars 27, 2020
    The author describes his concept this way: 'the principles of the fast-food restaurant are coming to dominate more and more sectors of recent'. McDonaldization as a form of rationality has a specter of advantages. By using it a person may become more disciplined and learn how to set goals and achieve them
  • A funnel of light mars 27, 2020
    Physicists of the University of Würzburg, in a joint collaboration with colleagues from the University of Rostock, have developed a light funnel apparatus. It could serve as a new platform for hypersensitive optical detectors.
  • Better, safer batteries mars 27, 2020
    For the first time, researchers who explore the physical and chemical properties of electrical energy storage have found a new way to improve lithium-ion batteries. They successfully increased not only the voltage delivery of a lithium-ion battery but also its ability to suppress dangerous conditions that affect the current range of batteries. This improved lithium-ion […]
Top