Les morts de Nantes: Dėcès suspects?

Last Updated on

26 novembre 2016 –  Trois patients atteints de lymphome sont décédés en quelques jours au CHU de Nantes. Que s’est-il passé au CHU de Nantes?

Presque simultanée de trois patients atteints de lymphome et sous chimiothérapie sont decédé. Ils étaient âgés de 61 à 65 ans. Un quatrième patient ayant suivi le même traitement est toujours hospitalisé.

lymphome-iiQu’est-ce que le lymphome ? Le lymphome est un cancer du système lymphatique, c’est-à-dire du système immunitaire. C’est une maladie encore méconnue alors qu’il est le 5e cancer chez les adultes en France en termes d’incidence:  environ 18.000 nouveaux cas sont diagnostiqués par an. Le lymphome répond en général bien aux traitements, c’est une maladie qui se soigne bien, avec des guérisons ou au moins des rémissions longues. Il y en a cependant 80 types (les deux principales familles sont les lymphomes hodgkiniens ou non hodgkiniens), ce qui en fait une maladie compliquée à diagnostiquer.

Pourquoi le médicament cyclophosphamide a-t-il été utilisé pour ces patients, plutôt que le melphalan? La cyclophosphamide est utilisée depuis plusieurs années dans plusieurs protocoles sans qu’il y ait de souci. Là, elle a remplacé une autre molécule car il y aurait une pénurie. Il faut vraiment se poser la question des raisons de ce manque : est-ce pour faire augmenter le prix de la molécule? Quoi qu’il en soit, nous avions prévenu les autorités de santé il y a deux semaines de ces problèmes d’approvisionnement. Même s’il y a une solution de substitution, il n’y a pas de raison de changer un protocole quand celui-ci fonctionne. Ou quand meme?

Qu’a-t-il pu se passer au CHU de Nantes ? On a du mal à l’expliquer, d’autant que on est tristes et choqués par cette nouvelle. On connait bien le service d’hématologie du CHU de Nantes qui est un centre expert en France et au niveau international. La technique de l’autogreffe (des cellules-souches sont prélevées chez le patient et lui sont réinjectées pour reconstituer les cellules sanguines, après une chimiothérapie intensive), utilisée pour ces patients, existe depuis longtemps et est bien encadrée. Elle permet d’ailleurs d’obtenir de très bons résultats.

Tous les quatre patients ont reçu dans le cadre de leur cure de chimiothérapie intensive un traitement comprenant le médicament cyclophosphamide, en remplacement du melphalan généralement utilisé pour ce type de maladie. Le traitement de remplacement est, en tout cas bien connu; il a été largement utilisé auparavant. Ce traitement par le cyclophosphamide est validé par la communauté médicale. Et il a été utilisé pendant des années pour la prise en charge des lymphomes. Il est actuellement utilisé par d’autres établissements en France, dans le même contexte, sans que de telles complications aient été rapportées.

A ce stade, l’origine des complications n’est pas établie. L’IGAS (inspection générale des affaires sociales) a été saisi par la ministre, et doit déterminer les causes exactes des complications graves et examiner l’organisation, les moyens et les conditions de réalisation des chimiothérapies. De même, une enquête de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) est en cours.

Est ce qu’il y a eu un problème d’approvisionnement? La décision des médecins du CHU de Nantes d’utiliser la cyclophosphamide plutôt que le melphalan, généralement utilisé pour traiter ce type de patients, a été motivée par les tensions d’approvisionnement européennes sur le melphalan et par leur choix de réserver les lots dont ils disposaient au traitement des patients atteints de myélome, indication pour laquelle il n’y a pas d’alternative, a indiqué le ministère de la Santé. Selon l’ANSM, le phénomène des tensions d’approvisionnement et ruptures de stocks est assez récurrent et il n’est pas spécifique à cancérologie.

Y a-t-il eu erreur de dosages ? Des effets secondaires inattendus ? Le pôle santé publique du parquet de Paris a en tout cas ouvert vendredi une enquête préliminaire après ces décès suspects. A ce stade, l’origine des complications n’est pas établie. L’IGAS (inspection générale des affaires sociales) a été saisi par la ministre, et doit déterminer les causes exactes des complications graves et examiner l’organisation et les moyens et les conditions de réalisation des chimiothérapie. De même, une enquête de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) est en cours.

Tags : , , , , ,
About the Author
thassodotcom Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: tweets

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Scientists highlight potential of exposome research janvier 23, 2020
    Over the last two decades, the health sciences have been transformed by genomics, which has provided insights into genetic risk factors for human disease. While powerful, the genomics revolution has also revealed the limits of genetic determinants, which account for only a fraction of total disease risk. A new article in the journal Science argues […]
  • Researchers uncover mechanism for how common gene therapy vectors enter cells janvier 23, 2020
    Researchers led by a team at Massachusetts Eye and Ear have identified a novel cellular entry factor for adeno-associated virus vector (AAV) types—the most commonly used viral vectors for in vivo gene therapy. AAVs are vectors—or vehicles—that are created from a virus that is made harmless by molecular engineering, and have shown promise transporting genetic […]
  • Largest-ever study ties over 100 genes to autism janvier 23, 2020
    More than 100 genes appear to be involved in autism spectrum disorders (ASD), according to the largest genetic study of the condition to date.
  • Researchers uncover the genomics of health janvier 23, 2020
    Most diseases have a genetic component. To better understand disease, researchers led by the Garvan Institute of Medical Research are analysing genetic information to determine what keeps us healthy.
  • Study explores cognitive function in people with mental illness janvier 22, 2020
    A study funded by the Veterans Administration and directed by researchers at the University of Miami Miller School of Medicine has shown few differences in the profiles of genes that influence cognition between people with schizophrenia, bipolar disorder and the general population. This surprising finding could provide new insights into therapies designed to improve cognition. […]
  • Lung microbiome may help predict outcomes in critically ill patients janvier 24, 2020
    Changes in the lung microbiome may help predict how well critically ill patients will respond to care, according to new research published online in the American Thoracic Society's American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.
  • NIH study finds benefits of fetal surgery for spina bifida persist through school age janvier 24, 2020
    Children as young as 6 years old who underwent fetal surgery to repair a common birth defect of the spine are more likely to walk independently and have fewer follow-up surgeries, compared to those who had traditional corrective surgery after birth, according to researchers funded by the National Institutes of Health.
  • What goes up may actually be down janvier 24, 2020
    A new study in Frontiers in Neuroscience used virtual reality to determine how people plan their movements by 'seeing' gravity using visual cues in the landscape around them, rather than 'feeling it' through changes in weight and balance.
  • Benefits of fetal surgery for spina bifida persist in school-age children janvier 24, 2020
    In a follow-up to the landmark 2011 study that demonstrated prenatal surgery for spina bifida has measurable benefits over surgery after birth for one of the most disabling neural tube defects, researchers have published new findings. These findings show significant physical and emotional benefits a decade later in school-age children who received corrective surgery in […]
  • Benefits of fetal surgery for spina bifida continue through school age janvier 24, 2020
    The benefits of fetal surgery to repair spina bifida, a procedure pioneered at Vanderbilt University Medical Center (VUMC) in 1997, continue through school age, a National Institutes of Health (NIH) study reports today in the journal Pediatrics.
Top