Les individus de peau foncée aux cheveux blonds naturels – En génétique, tout est possible

Last Updated on

8 août 2019 – Les cheveux blonds sont un phénotype humain plutôt rare, présent presque exclusivement en Europe et en Océanie. La pigmentation humaine varie considérablement au sein des populations et entre les populations et dépend de l’exposition aux rayons ultraviolets (UV) ainsi que du type et de la quantité de mélanine produit dans les mélanocytes et les kératinocytes. Selon la croyance populaire, les personnes blondes sont européennes ou d’une ascendance européennes (caucasiennes) si elles se trouvent dans d’autres parties du monde.

Frère et sa soeur non affectée.

Il existe cependant de remarquables variations de cette perception. Les études d’association pangénomique menées au sein de populations européennes ont fourni de nombreuses informations sur la base génétique des variations de la pigmentation chez les Européens, ce qui signifie que blond ne signifie pas toujours la même chose chez les Européens. La pertinence de ces associations en dehors de l’Europe reste largement inexplorée. Cela sera particulièrement intéressant si, par exemple, vous rencontrez des personnes à la peau foncée, aux cheveux naturellement blonds. Dans ce contexte, “peau foncée” indique une descendance africaine de la personne touchée.

C’est le cas des habitants des Îles Salomon où environ 5 à 10% de la population est naturellement blonde (couleur des cheveux), alors que leur peau est foncée. Des recherches récentes ont identifié une substitution d’acide aminé cystine-arginine sur un résidu par ailleurs hautement conservé de la protéine 1 apparentée à la tyrosinase (TYRP1) comme source unique de cheveux blonds chez les Islandais de Salomon. Il est prédit que cette mutation faux-sens affecte l’activité catalytique de la protéine et provoque des cheveux blonds via un mode de transmission récessif. TYRP1 est un produit de gène spécifique à un mélanocyte (protéine) impliqué dans la synthèse de mélanine. En plus de son rôle dans la synthèse de mélanine, TYRP1 est impliqué dans la stabilisation de la protéine tyrosinase et la modulation de son activité catalytique. TYRP1 participe également au maintien de la structure des mélanosomes et influe sur la prolifération des mélanocytes et la mort cellulaire des mélanocytes.

La mutation nouvellement identifiée dans TYRP1 se produit aux Îles Salomon à un taux de 26%, mais est absente en dehors de l’Océanie et représente le plus grand effet génétique sur un phénotype humain visible antérieurement signalé. Les résultats de cette recherche indiquent que les allèles sont de grande taille. Atteindre des fréquences significatives dans des populations géographiquement isolées et souligner l’importance d’étendre la génomique humaine à l’homme dans le monde entier.

Schéma de trait autosomique récessif.

Comment ça se fait? Les premiers habitants de la Nouvelle Océanie se sont installés au moins 40’000 ans avant le présent (AAP) et sont relativement isolés dans l’archipel depuis au moins 25’000 ans. Il existe des preuves évidentes d’au moins une migration ultérieure de 3’000 à 4’000 AAP en provenance du sud-est de l’Asie, ainsi que des vagues de flux de gènes récents d’autres îles du Pacifique et d’Europe. Afin de comprendre si le remplacement de ce phénotype humain rare est dû à, ou provient de, à des variantes génétiques globales, le mécanisme génétique sous-jacent à la couleur des cheveux chez les habitants des îles Salomon a été étudié. La transmission autosomique récessive du gène variant TYRP1 codant pour la protéine 1 liée à la tyrosinase et la pigmentation de la peau et des cheveux a été déterminée chez 1 209 îles Salomon et chez 85 individus des extrêmes respectifs. 10% de la répartition de la pigmentation des cheveux (43 cheveux blonds et 42 cheveux noirs) Individus) pour le génotypage. Les estimations de la proportion d’ancêtres mondiaux ont montré que les individus des Îles Salomon sont génétiquement distincts des populations voisines, comme observé précédemment. En outre, aucune différence systématique n’a été constatée dans la lignée entre les Îles Salomon blondes et les Îles brun foncées, ce qui suggère que la présence de cheveux blonds aux Îles Salomon n’est pas due au flux de gènes récent d’autres populations.

Dans ce contexte, une question intéressante se pose. Pourquoi les individus qui sont homozygotes pour la variante TYRP1, entraînant une diminution de la production de mélanine et éventuellement le phénotype des cheveux blonds, conservent-ils leur couleur de peau foncée? Si TYRP1 était impliqué dans une voie unique conduisant à la mélanine, on pourrait s’attendre à ce que, dans les souches de la version mutée de TYRP1, les niveaux de mélanine soient également insuffisants pour donner une couleur de peau plus sombre. On pourrait s’attendre à une apparence brillante. Il serait certainement intéressant de voir s’il existe d’autres voies indépendantes de TYRP1 impliquées dans la synthèse de mélanine, et si l’expression de telles voies peut être spécifique à un corps ou à un organe (c’est-à-dire peau contre cheveux).

Voici une courte séquence sur la beauté de la peau foncée et des cheveux naturellement blonds:

Print Friendly, PDF & Email

 

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Scientists identify gene linked to thinness that may help resist weight gain mai 21, 2020
    While others may be dieting and hitting the gym hard to stay in shape, some people stay slim effortlessly no matter what they eat. In a study publishing May 21 in the journal Cell, researchers use a genetic database of more than 47,000 people in Estonia to identify a gene linked to thinness that may […]
  • Tracking the COVID-19 pandemic in Australia using genomics mai 21, 2020
    Using genome sequencing to identify genetic mutations in SARS-CoV-2 cases in Victoria, researchers have identified clusters and transmission networks which has helped limit the spread of the virus, painting an important picture of transmission in Victoria.
  • COVID-19 study looks at genetics of healthy people who develop severe illness mai 21, 2020
    To help unravel the mysteries of COVID-19, scientists are sequencing the DNA of young, healthy adults and children who develop severe illness despite having no underlying medical problems. The researchers are looking for genetic defects that could put certain individuals at high risk of becoming severely ill from the novel coronavirus.
  • Scientists discover more than 200 genetic factors that cause heart arrhythmia mai 21, 2020
    Hundreds of new links have been found between people's DNA and the heart's electrical activity, according to a study of almost 300,000 people led by researchers at Queen Mary University of London and the Broad Institute of MIT and Harvard.
  • Weight loss surgery may alter gene expression in fat tissue mai 21, 2020
    Altered gene expression in fat tissue may help explain why individuals who have regained weight after weight loss surgery still experience benefits such as metabolic improvements and a reduced risk of type 2 diabetes. The findings come from a study published in the Journal of Internal Medicine.
  • New studies reveal extent and risks of laughing gas & stimulant abuse among young people mai 23, 2020
    In one study, researchers from Turkey reported increasing stimulant use among medical students approaching their final exams, despite the substantial risks to their health. In the second study, researchers from the Netherlands detailed the neurological outcomes associated with recreational use of laughing gas (nitrous oxide), suggesting that, for some individuals, permanent neurological damage can occur.
  • Sleep-wake disturbances can predict recurrent events in stroke survivors mai 23, 2020
    The study, conducted in Switzerland, found that having multiple sleep-wake disturbances such as sleep-disordered breathing, extreme long or short sleep duration, insomnia and restless leg syndrome independently and significantly increased the risk of a new cardio-cerebrovascular event in the two years following a stroke.
  • Does MRI have an environmental impact? mai 23, 2020
    Researchers from Tokyo Metropolitan University have surveyed the amount of gadolinium found in river water in Tokyo. Gadolinium is contained in contrast agents given to patients undergoing medical magnetic resonance imaging (MRI) scans, and it has been shown in labs to become toxic when exposed to ultraviolet rays. The researchers found significantly elevated levels, particularly […]
  • New native grass species have been discovered on the Iberian Peninsula and Menorca mai 22, 2020
    The new species belong to the genus Aira, delicate herbaceous plants, which enjoy their greatest diversity in the Mediterranean Region. One of them, Aira minoricensis is a native species of the siliceous sands of Menorca. The other new species is called Aira hercynica and is widely found in the area of the Iberia Peninsula which […]
  • Combinatorial screening approach opens path to better-quality joint cartilage mai 22, 2020
    High-throughput platform identifies complex conditions with biomaterial compositions, and mechanical and chemical stimuli that help stem cells produce more robust cartilage.
Top