Le mésusage du Tramadol en France et ailleurs

Le mésusage du Tramadol en France et ailleurs

Last Updated on January 28, 2020 by Joseph Gut – thasso

28 janvier 2020 – En France, sur proposition du directeur général de l’agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé (l’ANSM), la durée maximale de prescription des médicaments antalgiques contenant du tramadol est réduite de 12 mois à 3 mois, pour limiter leur mésusage ainsi que les risques de dépendance. Elle sera applicable à compter du 15 avril 2020. Au-delà de 3 mois, la poursuite d’un traitement par tramadol (voie orale) nécessitera une nouvelle ordonnance.
La motivation pour cette action est lié dans le problématique que plus et plus des personnes consument des opioïdes dont le tramadol est une préparation très frequente. En France, plusieurs enquêtes du réseau d’addictovigilance (CEIP-A) ont montré un mésusage croissant du tramadol ces dernières années i) premier antalgique opioïde cité dans une enquête de 2018 sur les usages problématiques  à la fois chez les usagers de drogue mais également dans la population générale pour le traitement de la douleur. Les usages problématiques observés sont notamment une dépendance avec des signes de sevrage survenant même lors de prises à doses recommandées et sur une courte période, entraînant une prise persistante par des patients qui ne présentent plus de douleur, ii) premier antalgique impliqué dans les décès liés à la prise d’antalgiques, devant la morphine (enquête DTA), et iii) deuxième antalgique le plus fréquemment retrouvé sur les ordonnances falsifiées présentées en pharmacie, derrière la codéine (enquête OSIAP).

Les enquêtes montre également que le tramadol occasionne des usages problématiques dont une dépendance avec des signes de sevrage même lors de prises à doses recommandées et sur une courte période, alerte l’ANSM. L’ANSM demande enfin aux patients de respecter les doses prescrites et la durée du traitement, de ne pas arrêter brutalement un traitement et alerte sur le fait qu’un surdosage en tramadol peut conduire au décès.

Les médicaments concernés sont le tramadol seul (Biodalgic, Contramal, Monoalgic, Monocrixo, Orozamudol, Takadol, Topalgic, Zamudol, Zumalgic et Tramadol génériques), le tramadol en association avec du paracétamol (Ixprim, Zaldiar, Tramadol/Paracétamol génériques) et le tramadol en association avec du dexkétoprofène (Skudexum).

Ailleurs, le tramadol fait partie de la grande crise des opiacés, en particulier aux États-Unis où de nombreuses personnes souffrant de douleurs intenses deviennent dépendantes des analgésiques et en meurent souvent. L’abus de tramadol est également très répandu dans divers pays africains, dont le Cameroun, pour diverses raisons. En Cameroun, le problème s’est transformé en cauchemar car même les enfants des écoles avalent déjà du tramadol et sont potentiellement dépendants aux opiacés.

Regarde les ravages du tramadol prisé par des jeunes en Cameroun:

Print Friendly, PDF & Email

Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant