Le chronotype: la génétique derrière lève-tôt ou couche-tard

01 février 2019 – Lève-tôt ou couche-tard une question génétique? Ca c’est la question.

Vous préférez-vous lever tôt le matin ou vous endormir tard le soir ? La réponse est certainement déterminée par de nombreux facteurs, tels que le sexe, l’âge, mais aussi les habitudes et le mode de vie. Le travail, le régime alimentaire, même la lumière de l’environnement dans lequel vous vivez, influencent le chronotype, la période de la journée pendant laquelle vous préférez dormir. Mais la réponse est

Matin ou soir? Encore ou déjà?

aussi due en partie à la génétique. Un groupe de chercheurs de l’Université d’Exeter, en Angleterre, publiée dans la revue Nature communications le fin de janvier 2019 a en effet identifié des variations génétiques qui influencent le chronotype. L’habitude de se réveiller tôt le matin est en partie due aux gènes et pourrait avoir un impact sur le développement de certaines maladies mentales.

En effet, les chercheurs ont analysé l’ADN d’environ 700 000 personnes. Les données proviennent de deux bases génétiques très différentes: de 23andMe, une société américaine  qui effectue des analyses d’ADN, et de la UK Biobank. Il a été demandé à tous les individus s’ils préféraient se lever tôt ou s’endormir tard. Les scientifiques ont ensuite recherché une corrélation entre le chronotype et les variantes génétiques. Au total, 327 gènes ont été identifiés associés au chronotype. Les chercheurs ont constaté que ces variantes n’ont aucun impact sur la qualité ou la durée du sommeil.

Ce sont des gènes principalement exprimés dans le cerveau, mais également au niveau de la rétine. C’est intéressant, car il est connu que la lumière externe est un facteur qui influe sur l’endormissement. Les variations génétiques peuvent influer sur la manière dont la rétine perçoit la lumière ou communiquer au cerveau des informations sur la luminosité. D’autres variantes génétiques qui influencent le chronotype sont impliquées dans des processus métaboliques, tels que la régulation de l’appétit ou de la sécrétion d’insuline, le métabolisme de la nicotine et de la caféine.

D’abord, le premier lien entre génétique et chronotype fût découvert en 1998 lorsqu’un gène induisant un chronotype matinal ou vespéral dans une population de sexagénaire a été déterminé. Cette différence génétique est dû au polymorphisme d’un nucléotide situé dans la région 3’ du gène CLOCK. Les participants de l’étude portant deux allèles 3111C ont eu un score très faible au questionnaire MEQ, donc un chronotype vespéral, tandis que ceux ne portant pas d’allèles 3111C (ou deux allèles 3111T) ont eu un score élevé au questionnaire MEQ, donc un chronotype matinal. Les participants ayant un allèle de chaque type ont eu un score intermédiaire et donc un chronotype intermédiaire.

Aussi, en 2003, un second polymorphisme génétique a été identifié en lien avec le chronotype, cette fois-ci sur la longueur des allèles du gène PER3, qui est un gène bien indiqué dans de l’horloge circadienne. Les résultats démontrent que les personnes possédant un allèle long sont associées au chronotype du soir et celles possédant un allèle court à celui du matin. De plus, les personnes étant homozygotes de l’allèle court souffrait à 75 % du syndrome de retard de phase du sommeil.

En 2017, trois études indépendantes ont été présentées dans un article de synthèse. Cet article de synthèse comparait les résultats de 3 études d’association pangénomique étudiant les chronotypes. Les trois études ont identifié les 4 mêmes gènes potentiellement liés aux chronotypes: PER2, RGS16, FBXL13 et AK5, dont les deux premiers ont un rôle connu dans le cycle circadien. Deux des trois études ont identifié 5 autres gènes liés: HCRTR2, HTR6, TNRC6B, APH1A et ERC2, dont les quatre premiers ont un rôle prouvé ou hypothétique dans l’horloge circadienne des animaux. Ainsi, il existe des gènes liés aux chronotypes, mais ils sont peu connus et en cours d’étude. Il faut aussi se rappeler que la génétique ne contribuerait qu’à environ 50 % du chronotype, tandis que l’autre partie serait déterminée par l’environnement.

Les travaux des chercheurs d’Angleterre indiquent que la raison pour laquelle certaines personnes sont des lève-tôt et d’autres couche-tard est déterminée en partie par la différence de réaction du cerveau aux signaux lumineux et en partie au fonctionnement de notre horloge interne. Ces petites différences pourraient avoir un effet sur le risque de développer des maladies et des troubles mentaux, souligne Samuel Jones, auteur principal de l’étude.

En effet, plusieurs études ont établi un lien entre s’endormir tard et le risque de développer une maladie mentale. Cette association a été confirmée par les auteurs au moyen de tests statistiques. Se réveiller tôt est associé à un plus grand bien-être et à un risque moindre de développer dépression et schizophrénie. En total, il s’agit d’une recherche préliminaire qui ouvre la voie à de nouvelles études. Il est important de connaître la nature de l’association entre le chronotype et la maladie mentale car la découvrir pourrait suggérer de nouvelles pistes thérapeutiques.

Regardez:

Print Friendly, PDF & Email

 

Tags : , , , , , , , , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

@peepso_user_1(thassodotcom) Moi, je suis un "Lève-tôt".
il y a 1 an il y a 1 an
@peepso_user_7542(Menlo-50) @peepso_user_1(thassodotcom) Moi aussi. J me lève régulierment à 3 heures le matin.
il y a 1 an il y a 1 an

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • New type of taste cell discovered in taste buds août 13, 2020
    Our mouths may be home to a newly discovered set of multi-tasking taste cells that—unlike most known taste cells, which detect individual tastes—are capable of detecting sour, sweet, bitter and umami stimuli. A research team led by Kathryn Medler at the University at Buffalo reports this discovery in a study published 13th August in PLOS […]
  • Researchers discover genetic link to predict positive response to immunotherapy in patient août 13, 2020
    A Singapore team led by clinician-scientists and researchers from the National Cancer Centre Singapore (NCCS) discovered a genetic link to better predict treatment response for relapsed/refractory patients with natural-killer T-cell lymphoma (NKTCL), a highly aggressive form of blood cancer. The team performed whole-genome sequencing, to identify mutation in PD-L1 gene as a reliable biomarker to […]
  • Evolution and everyday stress have led to disproportionate suffering among women août 13, 2020
    We're 100% behind knowledge-based research, but sometimes you really do have to question evolution!
  • A cancer mystery more than 40 years old is solved thanks to epigenetics août 12, 2020
    Before the first oncogene mutations were discovered in human cancer in the early 1980s, the 1970s provided the first data suggesting alterations in the genetic material of tumors. In this context, the prestigious journal Nature published in 1975 the existence of a specific alteration in the transformed cell: an RNA responsible for carrying an amino […]
  • Combining genetic information with EMRs to pinpoint childhood epilepsies août 11, 2020
    A team of researchers at Children's Hospital of Philadelphia (CHOP) affiliated with the CHOP Epilepsy Neurogenetics Initiative (ENGIN) further bridged the gap between genomic information and clinical outcome data by systematically linking genetic information with electronic medical records, focusing on how genetic neurological disorders in children develop over time. The findings were published today in […]
  • Employers reject transgender people août 13, 2020
    Employers in Sweden more often reject job applications from transgender people -- especially in male-dominated occupations. Moreover, transgender people face discrimination from two different grounds for discrimination. This is according to a study from Linköping University that was recently published in the journal Labour Economics.
  • How a protein stops cells from attacking their own DNA août 13, 2020
    Scientists at EPFL have demonstrated the mechanism that allows cells to fight off viral DNA without triggering an immune response against their own genetic material.
  • Global deaths due to smokeless tobacco are up by a third, according to new study août 13, 2020
    The number of deaths globally due to smokeless tobacco has gone up by a third in 7 years to an estimated 350,000 people, a new study suggests.
  • A watershed moment for US water quality août 13, 2020
    A new federal rule that determines how the Clean Water Act is implemented leaves millions of miles of streams and acres of wetlands unprotected based on selective interpretation of case law and a distortion of scientific evidence, researchers say in a new publication.
  • Study: Medical marijuana associated with fewer hospitalizations for individuals with SCD août 13, 2020
    Individuals with sickle cell disease (SCD) who receive medical marijuana to treat pain may require fewer visits to the hospital, according to a new study in Blood Advances. Adults with SCD who requested and obtained medical marijuana were admitted to the hospital less frequently than those who did not obtain it.
Top