L’ascendance africaine liée aux pires résultats du CCR

L’ascendance africaine liée aux pires résultats du CCR

Last Updated on mai 9, 2024 by Joseph Gut – thasso

06 mai 2024 – Les personnes non hispaniques d’ascendance africaine ont généralement de pires résultats cliniques du cancer colorectal (CCR) que les individus d’autres héritages, une disparité attribuée à de nombreux facteurs, notamment aux influences socio-économiques, environnementales et génétiques, ainsi qu’à un accès moindre prendre soin de. D’une manière générale, la disparité des soins médicaux et des options cliniques pour certaines ethnies reste un problème dans la médecine moderne d’aujourd’hui.

Les résultats d’une nouvelle étude génomique sur le cancer colorectal (CCR) apportent une plus grande clarté concernant la pièce génétique du puzzle : les personnes d’origine africaine ont tendance à présenter moins d’altérations ciblables que les patients d’autres ethnies. Les résultats ont été présentés lors d’une séance d’information et d’affiches scientifiques lors de la réunion annuelle 2023 de l’American Association for Cancer Research (AACR).

Dans l’ensemble, les chiffres obtenus jusqu’à présent montrent une tendance claire : l’incidence et la mortalité dues au CCR sont plus élevées chez les patients noirs d’autres populations. Cependant, la mesure dans laquelle la différence génétique joue un rôle dans ces disparités reste encore incertaine.

Dans l’étude présentée, des chercheurs du Memorial Sloan Kettering (MSK) Cancer Center de New York ont ​​exploré comment les altérations génomiques germinales et somatiques diffèrent parmi les patients d’ascendance africaine par rapport à ceux d’origine européenne et autre et comment ces différences pourraient influencer les résultats du CCR.

Ainsi, les chercheurs ont comparé les profils génomiques de près de 3 800 patients atteints de CCR traités au MSK de 2014 à 2022. Les patients de l’étude ont été classés par ascendance génétique comme européens (3 201 patients), africains (236 patients), asiatiques de l’Est (253 patients). ) et sud-asiatiques (89 patients). Les tumeurs et les tissus normaux des patients ont subi un séquençage d’ADN de nouvelle génération avec un panel couvrant 505 gènes associés au cancer. Une analyse de la survie globale selon l’ascendance génétique a confirmé les résultats d’autres études: la survie globale était significativement pire chez les patients d’ascendance africaine que chez ceux des autres groupes (médiane 45,7 contre 67,1 mois).

Les enquêteurs ont utilisé une base de connaissances de précision en oncologie (OncoKB) pour attribuer des niveaux d’action thérapeutique pour chaque altération génomique identifiée. La valeur attribuée la plus élevée concernait les médicaments approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis et ciblant les biomarqueurs reconnus par la FDA. La valeur la plus faible a été attribuée aux biomarqueurs pour lesquels il existait des preuves biologiques convaincantes que le biomarqueur particulier prédisait la réponse à un médicament.

L’équipe a constaté que le pourcentage de patients qualifiés pour l’immunothérapie sur la base d’une instabilité des microsatellites ou d’une charge mutationnelle tumorale élevée était significativement plus faible chez les patients d’origine africaine que chez ceux d’origine européenne (13,5 % contre 20,4 % ; P = 0,008). Comparés à ceux d’origine européenne, les patients d’origine africaine présentaient significativement moins de modifications pouvant donner lieu à une action (5,6 % contre 11,2 % ; P = 0,01). Cette différence était largement due au manque de mutations BRAF ciblables (1,8 % contre 5,0 %).

Medical illustration of Colorectal Cancer – Polyp

Les mutations du gène APC, le gène le plus fréquemment altéré dans le CCR, sont généralement associées à l’évolution du cancer, mais les auteurs ont constaté que la survie globale était similaire pour les patients d’origine africaine, qu’ils aient ou non une APC altérée ou de type sauvage (survie globale médiane). , 45,0 mois pour l’APC altérée contre 45,9 mois pour l’APC de type sauvage P = 0,91). Cependant, une association significative entre le statut de l’APC et la survie globale a été observée chez les patients d’origine européenne (médiane, 64,6 mois pour l’APC altérée, contre 45,6 mois pour l’APC de type sauvage ; P < 0,0001).

Les analyses prenant en compte le sexe, l’âge, la localisation de la tumeur primaire et le stade au moment du diagnostic ont également montré une association entre le statut APC et la survie globale pour les patients d’origine européenne (rapport de risque [HR], 0,64), mais pas pour les patients d’origine africaine (HR , 0,74, P = 0,492).

Les recherches ont noté qu’une limite de l’étude est que les informations concernant le traitement complet, les expositions environnementales, le mode de vie et les facteurs socio-économiques n’étaient pas disponibles pour l’analyse, mais que ces éléments jouent probablement un rôle important dans les résultats pour les patients.

Les chercheurs affirment qu’il s’agit d’un problème complexe impliquant de nombreux facteurs invisibles et que le paysage génomique est une pièce d’un puzzle beaucoup plus vaste. Ils ont noté que les études futures intégreront ces facteurs dans les modèles dans le but ultime d’identifier les opportunités d’intervention et d’amélioration des résultats.

Veuillez noter que ce blog est une réécriture partielle d’un article antérieur provenant de Medscape. Tous les droits appartiennent à Medscape et à l’auteur respectif. Voir ici aussi une séquence sur le cancer colorectal (CCR):

 

Avis de non-responsabilité: les images et/ou vidéos (le cas échéant) de ce blog peuvent être soumises au droit d’auteur. Tous les droits restent la propriété du propriétaire de ces droits.

 

Print Friendly, PDF & Email

Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Laisser un commentaire

Optional: Social Subscribe/Login

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.