Grâce à thérapie génique: Un jeune homme de sept ans sauvé

Last Updated on

10 novembre 2017 – Un enfant de sept ans, atteint d’une grave maladie génétique qui avait détruit les deux tiers de son épiderme, a été sauvé grâce à une thérapie génique inédite.

Èpidermolyse bulleuse jonctionnelle (EBJ)

Donc, un garçon de sept ans qui avait développé une infection qui lui avait rapidement fait perdre sa peau sur presque les deux tiers de la surface de son corps a été soigné au service grands brûlés de l’hôpital pour enfants de l’Université de la Ruhr (Allemagne). L’équipe chirurgicale a réussi à reconstituer 80 % de son épiderme à partir de cellules souches modifiées génétiquement.

Le jeune patient avait été admis à l’hôpital allemand en juin 2015. Son cas était à l’époque jugé désespéré, relate la revue Nature. Le petit garçon était atteint d’épidermolyse bulleuse jonctionnelle (EBJ) depuis sa naissance. L’EBJ entraîne la formation de cloques entre l’épiderme et le derme, ainsi que le décollement et la perte de la couche superficielle de l’épiderme au moindre contact. Plus de 40 % des personnes touchées meurent avant l’adolescence.

Pour soigner le garçon, les médecins ont d’abord tenté un puissant traitement antibiotique, puis une greffe de peau du père. Malheureusement, rien n’a fonctionné. Ils ont alors fait appel au Dr Michele de Luca, spécialiste de l’utilisation des cellules souches dans la reconstruction de la peau et directeur du Centre de médecine régénérative de Modène (Italie).

Le médecin et son équipe ont procédé à une thérapie génique: ils ont d’abord prélevé des cellules de peau non abîmées sur une partie du corps du patient, puis ils y ont inséré une forme non mutée du gène (LAMB3) responsable de l’adhérence de l’épiderme au derme. Enfin, ils ont mis ces cellules génétiquement modifiées en culture in vitro. L’équipe a par la suite greffé cette nouvelle peau sur le corps du petit garçon. Deux opérations ont été nécessaires : l’une en octobre 2015, l’autre un mois plus tard. Avant de procéder à cette greffe, les médecins ont obtenu l’autorisation d’utiliser cette thérapie pour un “usage compassionnel” (donner un traitement expérimental lorsqu’aucune autre solution n’est disponible).

Au total et après plusieurs opérations, près de 80 % de la peau du patient ont été remplacés. Le garçon est resté huit mois en soins intensifs. Aujourd’hui, deux ans après la fin de son traitement, il vit une vie normale, sans antidouleurs, informe l’équipe médicale. Le même traitement avait déjà été testé sur deux autres patients, mais la surface de peau concernée était bien moindre.

Voici la thérapie génique est expliqué:

 

__________________

Tags : , , , , ,
About the Author
Joseph Gut - thasso Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant

thasso: conditions

thasso: nouveaux tweets

thasso: commentaires récents

thasso poste: magasin

View my Flipboard Magazine.

thasso: catégories

thasso: archives

thasso: chat simple

Vous devez être un utilisateur inscrit pour participer à ce tchat.

  • Targeted therapy pralsetinib achieves high response rates in advanced cancers with RET gene fusions mai 29, 2020
    The targeted therapy pralsetinib appears to have high response rates and durable activity in patients with a broad variety of tumors harboring RET gene fusions, according to results from the international Phase I/II ARROW trial, led by researchers at The University of Texas MD Anderson Cancer Center.
  • Genetic data may up diagnostic efficiency for rheumatic disease mai 29, 2020
    (HealthDay)—Converting genotype information into an interpretable probability value for five different inflammatory arthritis-causing diseases could potentially improve the diagnostic efficiency of rheumatic disease, according to a study published in the May 27 issue of Science Translational Medicine.
  • New streamlined assay can improve prenatal detection of alpha-thalassemia mai 29, 2020
    In a report in The Journal of Molecular Diagnostics, researchers describe a rapid, accurate novel assay for nondeletional alpha-thalassemia genotyping based on one-step nested asymmetric PCR melting curve analysis, which may enhance prenatal diagnosis, newborn screening, and large-scale population screening.
  • Researchers identify mechanisms that make skin a protective barrier mai 28, 2020
    A Mount Sinai research team has identified one of the mechanisms that establish the skin as a protective barrier, a breakthrough that is critical to understanding and treating common skin conditions including eczema and psoriasis, according to a study published Thursday, May 28, in the scientific journal Genes & Development.
  • Using electrical stimulus to regulate genes mai 28, 2020
    This is how it works. A device containing insulin-producing cells and an electronic control unit is implanted in the body of a diabetic. As soon as the patient eats something and their blood sugar rises, they can use an app on their smartphone to trigger an electrical signal, or they can preconfigure the app do […]
Top