Extraits d’Artemisia annua actifs in vitro contre le SARS-CoV-2

Extraits d’Artemisia annua actifs in vitro contre le SARS-CoV-2

Last Updated on juillet 24, 2021 by Joseph Gut – thasso

24 juillet 2021 – Au tout début de la pandémie de Corona, la plante Artemisia annua a pris une certaine gloire, douteuse à l’époque, comme ingrédient, sous forme d’extraits, dans le produit Covid Organics, produit et promu à Madagascar, et apparemment même exporté en d’autres pays africains, comme protection/remède contre la maladie Covid-19, tout naturel et basé sur la médecine traditionnelle. Même si l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA) avait effectué des recherches cliniques avec des résultats apparemment positifs sur Covid-19, les autorités du monde entier sont restées très sceptiques et ont mis en garde même les patients de prendre ce produit, en particulier l’ANSM française (thasso avait un rapport sur ce).

l’Artésunate

Et il y a maintenant, un an et demi plus tard, des rapports de recherche tels que “des extraits de plante artemisia annua se sont révélés actifs contre le virus SARS-CoV-2 dans des conditions de laboratoire”. En fait, une équipe de chercheurs affiliés à des institutions au Danemark, en Allemagne et à Hong Kong a découvert que plusieurs extraits de la plante artemisia annua sont actifs contre le virus SARS-CoV-2 dans des conditions de laboratoire. Dans leur article publié dans la revue Scientific Reports, le groupe décrit trois extraits de la plante artemisia annua qu’ils ont testés et comment ils s’en sont tirés dans la lutte contre le virus SARS-CoV-2 dans les tissus pulmonaires humains. Alors que l’objectif principal de la pandémie est devenu ces derniers mois les vaccins efficaces pour la prévention du COVID-19, les travaux se poursuivent sur les traitements des personnes non vaccinées qui sont infectées par le virus SARS-CoV-2. 

L’Artemisia annua est une absinthe que l’on trouve dans certaines régions d’Asie et d’Amérique du Nord. Il est communément connu sous une variété de noms, tels que l’absinthe douce ou la douce Annie. Ses extraits sont utilisés comme traitements contre le paludisme, et les types de traitement les plus courants sont à base d’artémisinine. Les dérivés de l’artémisinine comprennent l’artésunate et l’artéméther, tous deux utilisés pour traiter les patients atteints de paludisme et dotés d’un dossier de sécurité éprouvé. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont cherché à déterminer si l’artémisinine ou ses dérivés pourraient être efficaces pour le traitement des patients COVID-19. Pour le savoir, ils ont infecté des tissus humains avec le virus SARS-CoV-2 dans des boîtes de Pétri, puis ont ajouté de l’artémisinine ou ses dérivés.

SARS-CoV-2

Plus précisément, les chercheurs ont d’abord testé l’extrait et ses dérivés sur des cellules rénales de singe vert d’Afrique et l’ont trouvé efficace contre une souche du variant du virus SARS-CoV-2 qui a récemment émergé en Allemagne. Ils ont ensuite testé l’extrait et ses dérivés contre une variante danoise, en utilisant également des cellules rénales du même type de singe. Une fois de plus, ils ont réussi à tester l’extrait et ses dérivés avec la variante danoise dans des cellules pulmonaires humaines et ont découvert que les trois thérapies testées étaient actives contre l’infection inhibant le SRAS-CoV-2. Plus précisément, ils ont trouvé que l’artésunate était le plus efficace, suivi de l’artéméther puis de l’artémisinine. L’équipe prévoit de poursuivre ses efforts en menant des essais cliniques. 

Cette recherche est conforme à des approches similaires antérieures testant des extraits d’Artemisia annua dans divers contextes expérimentaux. Ainsi, dans une étude, les chercheurs ont montré que les extraits d’Artimisia annua n’empêchaient pas le virus d’entrer dans les cellules mais interféraient avec la capacité du virus à se répliquer et par là à le tuer. De plus, l’activité anti-réplication n’apparaissait pas liée à l’artémisinine ou aux flavonoïdes, les substances naturelles majeures des plantes. Dans une autre étude, des extraits aqueux et éthanoliques d’Artimisi annua ont été actifs contre le SRAS-CoV-2 et entreront bientôt dans des essais cliniques humains pour tester l’efficacité des thés et du café contenant ces extraits d’Artimias annua ainsi que le médicament antipaludique artésunate, qui, fait intéressant, a été décrit dans l’étude ci-dessus comme l’ingrédient unique le plus puissant d’Artemisia annua dans la lutte contre le SRAS-COV-2.

i’Artemisia annua

Ces données pourraient en fait conduire à une consolidation des effets souvent mal compris attribués aux médecines traditionnelles avec des connaissances modernes détaillées sur les ingrédients individuels et leur efficacité dans le traitement de maladies réelles comme dans le cas ici la maladie Covid-19. Ce serait très rassurant, pas seulement dans ce cas.

Il faut saluer Covid Organics, mais aussi rester prudente:

Print Friendly, PDF & Email

Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Your opinion

Comment

Aucun commentaire pour l'instant