Il faut jamais d’AINS à partir du début du 6ème mois de grossesse

02 février 2017 – Un nombre très important de femmes enceintes restent exposées à des anti-inflammatoires  non stéroïdiens (AINS) à partir du début du 6 ème mois de grossesse (au-delà de 24 semaines d’aménorrhée).

Ce message vient de L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé de la France  (l’ANSM) et se reflète dans leur formulation:

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle donc que tous  les  AINS  (ex: ibuprofène,  kétoprofène,  diclofénac…),  y  compris  l’acide  acétylsalicylique (aspirine) , sont contre-indiqués à partir du début du 6ème mois de grossesse, quelle que soit la durée du traitement et la voie d’administration (voie orale, injectable, cutanée…).
Ces médicaments peuvent en effet être toxiques pour le fœtus, même après une seule prise, avec un risque d’atteintes rénale et cardio-pulmonaire pouvant entraîner une mort fœtale in utero ou néonatale.
Les AINS sont utilisés dans un grand nombre d’affections, notamment pour soulager ou traiter les douleurs, la fièvre et l’inflammation (articulaires).  Un grand nombre de ces médicaments sont disponibles sans ordonnance et peuvent être utilisés en automédication. L’AINS le plus utilisé en France est l’ibuprofène.
Des données préliminaires issues d’une étude indiquent qu’un nombre important de femmes enceintes sont encore  exposées à  des AINS  prescrits à  partir  du début  du  6ème mois  de  grossesse,  malgré les  contre-idications mentionnées dans les autorisations de mise sur le marché (AMM).
C’est pourquoi l’ANSM rappelle aux femmes enceintes, à leur entourage, ainsi qu’à tous les professionnels de santé, que les AINS sont formellement contre-indiqués à partir du début du 6ème mois de grossesse (au-delà de 24 semaines d’aménorrhée). Cette contre-indication s’applique à tous les AINS, y compris l’aspirine, qu’ils soient sur prescription médicale ou en  vente libre, quelle que soit la durée de traitement et la  voie d’administration : notamment orale, injectable, et cutanée.
Cas particulier: le célécoxib (Celebrex) et l’étoricoxib Arcoxia) sont contre-indiqués pendant toute la grossesse.
Cette contre-indication est fondée sur des risques graves pour la santé du fœtus et du nouveau-né. En effet, une exposition à partir du début du 6 ème mois de grossesse expose le fœtus à un risque d’atteintes rénales et cardio-pulmonaires qui peuvent être irréversibles voire mortelles pour le fœtus et/ou le nouveau-né. Il est important de préciser que des alternatives médicamenteuses et non médicamenteuses existent, quelque soit le terme de la grossesse.
La vigilance de chacun est indispensable pour éviter toute exposition d’une femme enceinte à  des AINS pendant cette période à risque (que ce soit dans le cadre d’une prescription ou en automédication). D’une façon générale, l’ANSM rappelle la nécessité de réévaluer tout traitement médicamenteux pendant la grossesse. En particulier, jusqu’au 5ème mois de grossesse, les AINS ne doivent être utilisés que lorsqu’ils sont indispensables, à la dose efficace la plus faible et pendant la durée la plus courte.
Plus d’informations sont disponibles dans les documents de Questions/Réponses à destination du grand public et des professionnels de santé.
  Lire aussi
 
thassodotcom

Professeur de pharmacologie et de toxicologie. Expert en médecine théragenomique et personnalisé el le sécurité individualisé des médicaments. Expert dans pharmaco- et toxico-génétique. Expert en matière de sécurité humaine de médicaments, les produits chimiques, les polluants environnementaux, et des ingrédients alimentaires.

Posté dans Communication Officielle, Medicine Théragenomique, Réaction indésirable grave à un médicament, Thasso Poste
Tags : , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Optional: Social Subscribe/Login



Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

thasso post magasin

View my Flipboard Magazine.

follow thasso

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutubeby feather

subscribe to thasso

By signing up, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy.

calendrier

avril 2017
L M M J V S D
« Mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

catégories

archives

tweets

nuage de tags

ANSM Benfluorex (Médiator) Cancer Bronchique Non à Petites Cellules (CBNPC) Docétaxel Effets graves Essai clinique de Rennes Fatty Acid Amide Hydrolase (FAAH) IMNM Inhibiteurs de la FAAH L'inhibiteurs du co-transporteur sodium – glucose de type 2 (SGLT2) L'état de mort cérébrale le Comité pour l’Evaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance (PRAC) LEMP Le plan de gestion des risques (PGR) Leucoencéphalopathie Multifocale Progressive (LEMP) le Virus de John Cunningham (V JC) Le virus JC (VJC) l’Agence européenne des médicaments (EMA) L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (l’ANSM) L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé de la France (l’ANSM) L’ANSM L’essai clinique L’essai clinique de phase I Medicine Théragenomique Medicine Théragenomique Mutation activatrice Mutation activatrice de l’EGFR (Délétion de l’exon 19) Mutation activatrice de l’EGFR (Mutation L858R de l’exon 21) Mycophénolate (Cellcept) Myopathie nécrosante immuno-médiée (IMNM) Réaction cutanée Réaction indésirable grave à un médicament Récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) Résumé des caractéristiques du produit (RCP) Santé Canada Sensibilisation aux rayonnements Statines Swissmedic Tarceva® (Erlotinib) Tecfidera® (diméthyl fumarate) Thasso Poste Tysabri (natalizumab) Tératogénicité Zelboraf (vémurafénib)